Arsenal 0-3 Man City : Merci pour la balade

 Arsenal 0-3 Man City : Merci pour la balade
9ème de Premier League et en pleine crise, Arsenal recevait un Manchester City 3ème et blessé après sa défaite dans le derby devant United dimanche dernier.

Et dès la première minute, c’est Martinelli qui donnait le tournis à Fernandinho pour alerter Ederson d’entrée. On se disait alors qu’Arsenal prenait le match par le bon bout, mais sur l’action suivante, le brésilien transperçait le milieu avant de trouver Jesus, qui centrait pour De Bruyne en retrait. Le Belge allumait Leno depuis les 20 mètres en une touche (0-1, 3ème) pour son 5ème but de la saison. Douche froide sur un Emirates déjà pas très chaud.

Les Gunners tentaient bien de réagir, mais se faisaient punir sur un contre d’école au bout duquel De Bruyne débordait sur la gauche devant 3 défenseurs pour servir Sterling qui n’avait plus qu’à conclure au second poteau (0-2, 15ème). On se disait alors que la soirée serait longue pour les hommes de Ljungberg, qui semblaient impuissants, tant dans la conquête que dans l’utilisation du ballon. Et pour ne rien arranger, l’Emirates sonnait comme un stade à huis clos, sans doute désabusé devant la copie rendue par ses protégés. Kolasinac devait sortir sur blessure avant la pause, alors qu’Arsenal devait déjà se priver de Tierney et Bellerin en défense. City corsait l’addition par De Bruyne, encore lui, qui éliminait Guendouzi d’une feinte de corps avant de placer le ballon du gauche dans le petit filet de Leno (0-3, 40ème). 3 tirs cadrés, et 3 buts pour les hommes de Guardiola qui donnaient l’impression de se balader. Le Belge manquait de s’offrir un hat trick après une percée de Foden, mais Leno réalisait un arrêt de grande classe. 3-0 à la pause et on ne voyait pas comment la seconde période pouvait être différente.

Man City dans un fauteuil

Les intentions étaient néanmoins présentes côté Arsenal comme en début de première période, mais Aubameyang puis Torreira ne cadraient pas. Pour le reste on repartait sur les mêmes bases : Absence de pressing et de mouvement, approximations techniques, et même résignation chez certains. De Bruyne poursuivait sa promenade au milieu et transperçait sur chacun de ses ballons. Chambers manquait d’offrir le 4ème but à Jesus sur une perte de balle devant sa surface, mais le Brésilien butait sur Leno sorti à sa rencontre (60ème). À noter la sortie remarquée d’Ozil, qui en frappait le sol de rage. Certainement plus en colère contre la performance de son équipe que contre son entraineur. City récitait ses gammes, faisait tourner le ballon, et Arsenal attendait la fin du calvaire. Mahrez s’offrait tout de même une occasion sortie par Leno (85ème), puis Sterling croisait trop sa frappe en contre.

On en restait là dans ce match à sens unique, qui aura eu le mérite de confirmer ce que l’on savait sans doute déjà : Arsenal a besoin d’un coach de toute urgence. Et il se trouve que l’un des favoris était justement sur le banc de City en qualité d’adjoint de Guardiola. Mikel Arteta était donc bien placé pour se faire une idée du chantier qui l’attendrait au cas où il donnerait suite à l’intérêt de son ancien club.

Avatar

David Onana

Journaliste sportif

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *