Atalanta 1-3 Juventus : La Juve pragmatique à l’extrême

 Atalanta 1-3 Juventus : La Juve pragmatique à l’extrême
Se contenter de lire le score pour tirer des conclusions de la performance de la Juventus ne peut être une analyse percutante.

Les Turinois, ont subi, beaucoup subi sur la pelouse de Bergame. L’Atalanta impose d’entrée un pressing et un bloc haut aux hommes de Sarri. Même si la Juventus a bénéficié de quelques situations en début de match, le premier tournant est le penalty raté par Barrow (17′). Malgré cet échec, aucun joueur côté Atalanta n’a baissé d’envie. Le pressing et l’étau  ne se desserre pas sur la défense turinois.

Si à la mi-temps, la Vieille Dame n’est pas menée, elle doit essentiellement à De Ligt et Szczesny. Alors oui, l’effectif turinois n’est pas au complet et l’absence de Ronaldo est une lourde perte. Mais que les deux meilleurs joueurs soient le gardien et le défenseur central souligne la faible prestation de l’ensemble de l’escouade offensive.

Au retour des vestiaires, aucune réaction ne vint du côté des leaders du championnat et c’est même l’Atalanta qui continua sur sa lancée en ouvrant la marque par l’intermédiaire de Gosens (56′). Ce but intervient sur une très belle passe décisive de Barrow qui se rattrape de son penalty manqué.

Durant la première heure, l’Atalanta a mis énormément d’intensité dans le match et pour pouvoir conserver ce résultat, il fallait la conserver. Comme on pouvait s’y attendre, les visiteurs profitent de leur expérience et d’une baisse de régime de leurs hôtes pour revenir dans le match. Ce retour est marqué du sceau du duo d’attaque argention de la Vieille Dame: Higuain-Dybala. 3 buts et une passe décisive à eux deux.

Sans réaliser un grand match, la Juve est assurée de conserver la tête du championnat italien à l’issue de la treizième journée. L’Inter peut revenir à une longueur lors de son déplacement au Torino ce soir.

L’homme dans le match

On a tendance à dire que si l’arbitre n’est pas évoqué dans l’après-match, alors c’est que son match fut bon. Hélas, l’affrontement entre Bergame et la Juventus a mis en lumière Monsieur Rocchi. Celui-ci n’a pas eu tout au long du match la même interprétation concernant les mains. Alors que le penalty pour l’Atalanta est discutable car avant de taper la main de Khedira, celui-ci tape d’abord le pied.

Sur le deuxième but de Higuain (82′), Cuadrado s’aide de sa main au début de l’action pour s’extirper de la pression de joueurs adverses mais l’arbitre ne la signala pas.

Cette diversité d’interprétation suscita l’agacement des acteurs et ne permit pas à Monsieur Rocchi de tenir son match.

Aurelien Schwartz

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *