Jean-Michel Aulas : comment a-t-il réussi à faire de l’OL un géant ?

 Jean-Michel Aulas : comment a-t-il réussi à faire de l’OL un géant ?

Arrivé juste avant l’été 1987 après un long moment de réflexion. L’homme qui a créé CEGID, une entreprise de gestion et de comptabilité se lance dans la gestion d’un club de foot. Jeune et très ambitieux, Jean-Michel Aulas veut devenir le Bernard Tapie de l’Olympique Lyonnais. Bien dans ses baskets et avec de gros objectifs, c’est un trentenaire ambitieux qui rachète le club rhodanien. Après bientôt 34 années à la tête de l’Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas a réussi à faire de Lyon un géant d’Europe. 

Un projet ambitieux

Il reprend le club qui est en deuxième division française de football et qui jouait à l’époque sa survie. En reprenant le club, il arrive avec beaucoup d’idées et insuffle une nouvelle dynamique à cette équipe. Son premier objectif, remonter le plus rapidement possible en première division et se qualifier d’ici trois ans pour la Coupe d’Europe. JMA apporte de nouvelles techniques de management, qui permettent à Lyon d’atteindre très rapidement le premier gros objectif. L’équipe lyonnaise retrouve la Coupe d’Europe en 1991, mais sera éliminée en 1/16ème de finale par les Turcs de Trabzonspor. Petit à petit, le club prend totalement le style Aulas. L’équipe se renforce dans tous les secteurs, de nouveaux joueurs arrivent, le staff s’élargit, une Institution très puissante émerge. L’histoire entre Jean-Michel Aulas et l’OL s’inscrit dans la durée et il fait de ce club une référence en France dans le début des années 2000.

Dès le début du XXIème siècle, l’équipe rhodanienne remporte son premier titre de champion de France en 2002 et enchaîne 7 titres d’affilée. C’est un premier aboutissement, une première consécration pour le natif de L’Arbresle.

Bien sûr, JMA avait déjà plus d’un coup d’avance lorsqu’il a repris l’OL et il voyait déjà très très grand. Raymond Domenech disait de lui que sa principale qualité était sa ténacité. Lorsqu’il est arrivé à la tête du club, il avait de grandes idées pour cette équipe, comme celle de la construction dans le futur d’un grand stade et surtout de réussir à faire de Lyon une référence à l’échelle européenne. C’était une vision très ambitieuse, le temps lui aura donné raison, car il a rempli tous les objectifs qu’il s’est fixé excepté une. La seule chose qui lui manque est la consécration européenne, pour le plus grand malheur des fans lyonnais. Mais Aulas n’a toujours pas abdiqué et garde silencieusement cet objectif ancré en lui, mais qu’il espère atteindre avant de céder l’empire lyonnais qu’il a construit.

Une équipe de dirigeants ordonnés

Lors de son arrivée à Lyon, il a pris le temps de mettre en place un conseil en désignant des personnes de confiance dont l’une des plus proches est Bernard Lacombe, son fidèle conseiller.

Pour la société OL Groupe, instauré en 1999, JMA s’est adjugé la présence de nombreux dirigeants qui apportent un soutien financier ou un pouvoir décisionnel dans l’action du groupe. Aujourd’hui, ils sont au nombre de 14 administrateurs. Du côté plus sportif, en 2009, Florian Maurice est nommé patron de la cellule de recrutement. Avec Bruno Genesio, ils faisaient partie de la garde rapprochée de JMA.

Un autre homme fort de l’OL est Vincent Ponsot, le directeur général adjoint chargé des relations humaines, de l’administration sportive et juridique. C’est un homme de confiance de JMA qui a de multiples fonctions au sein de l’Institution lyonnaise. Gérard Houllier était lui, le conseiller extérieur, il avait un rapport privilégié avec le coach et le président. C’est l’homme qui murmurait à l’oreille de JMA tout en sachant rester à sa place sans déborder sur d’autres fonctions. À l’été 2019, le président lyonnais a introduit l’idole lyonnaise, Juninho en tant que directeur sportif de l’équipe pour lancer une nouvelle page de l’histoire de l’Olympique Lyonnais.

Les gros coups d’Aulas

Sonny Anderson a porté les couleurs lyonnaises de 1999 à 2003.

Dès son arrivée, il expose un plan clairement défini puis va petit à petit apporter sa patte au fonctionnement du club en voyant sur le long terme. Cela à permis de monter progressivement vers les sommets qu’il voulait atteindre sans se précipiter et vouloir obtenir l’irréalisable très vite. Il a attendu plus de 10 ans pour frapper un grand coup sur le marché des transferts. C’est en 1999 qu’il réussit à faire passer un palier à l’Olympique Lyonnais en recrutant l’un des meilleurs numéro 9 des années 2000, le brésilien, icône de Gerland, Sonny Anderson. Le transfert s’élève à 19 millions d’euros, Lyon tient alors sa première grande star.

Depuis, 8 joueurs ont dépassé le coût de transfert du Brésilien, mais seul un a pu être à la hauteur de son investissement, le célèbre attaquant argentin, Lisandro Lopez dit « Licha ». Pour Luca Paqueta, même s’il est auteur de très bonnes prestations depuis son arrivée, il faudra attendre de voir son rendement sur toute la durée de son contrat.

Jean-Michel Aulas est aussi le précurseur du football féminin en France. Il a lancé en 2004, la section féminine de l’OL et a fait de cette équipe féminine, l’équipe la plus titrée du monde. Son idée, lui, l’homme engagé pour la mixité en entreprise était de montrer une certaine continuité dans le football. Il déclarait :

« le football féminin pouvait avoir des vertus complémentaires à celles du football masculin ».

Voici la raison du lancement de sa section féminine, bien lui en a pris vu la consécration que nous leur connaissons.

Courant 2007, il fait entrer OL Groupe en bourse, une première pour un club français. Cette entrée de la société holding créée en 1999 devait permettre d’aider au financement du stade. Depuis son lancement, cette société est présente dans le football, le basket-ball(avec l’ASVEL), l’esport depuis plus d’un an et aussi l’organisation d’événements au Groupama Stadium. Stade inauguré en 2016 et dont OL Groupe est le seul propriétaire. Coût de l’opération : environ 640 M d’euros.

JMA s’est aussi basé sur une stratégie de développement de la formation. Pour s’assurer d’avoir une bonne équipe sur le long terme, il a créé un véritable référentiel en termes de formation de joueurs et joueuses. Et à côté, pour que la formation soit de plus en plus performante pour OL Groupe, il a développé des partenariats dans les 4 coins du monde afin de former des futurs joueurs ou joueuses qui intégreront l’académie OL. Présence au Liban, au Maroc, en Corée du Sud, au Sénégal, au Brésil, au Viêtnam, aux Etats-Unis et en Chine.

Une volonté de dépasser l’ennemi stéphanois

Avec les 7 championnats de France remportés consécutivement, JMA fait de Lyon l’équipe française numéro une de France. Une fierté pour lui d’avoir fait taire les Stéphanois et de les faire passer comme une équipe de second rang. Il s’est même permis d’acheter le numéro ç . Mais l’homme de 71 ans fait souvent face à un affront de la part des supporters d’autres clubs qui n’adhèrent pas à la personnalité de cet homme. L’explication est simple, JMA pense toujours au bien-être de son Institution et ne cherche qu’à la défendre et à la mettre dans les meilleures conditions. Cela passe par des déclarations à l’encontre d’autres clubs ou d’autres personnes qui peuvent être perçus comme des attaques. Comme lorsqu’il déclarait après le licenciement de Laurent Blanc par le PSG que cela était inconcevable que l’indemnité serait égale au chiffre d’affaire de la majorité des clubs de L1.

Mais surtout, JMA prépare toujours ses piques afin de lancer le derby et de provoquer les Stéphanois. Depuis le dernier match entre les deux équipes, 5-0 pour l’OL, Lyon est maintenant le leader des confrontations avec 45 victoires à 44.

Un président qui sait mettre en lumière ses talents

Mettre en avant ses joueurs les plus talentueux n’a rien de difficile pour lui, c’est même un plaisir, car cela reste synonyme de réussite. L’un des plus connus n’est autre que l’attaquant madrilène Karim Benzema. En créant l’un des meilleurs centres de formation d’Europe, l’équipe de Jean-Michel Aulas a fait éclore au grand jour d’autres joyaux comme Florian Maurice, Sidney Govou, Alexandre Lacazette, Corentin Tolisso, Samuel Umtiti, Anthony Martial, Anthony Lopes, Nabil Fekir, Houssem Aouar, Amine Gouiri et plus récemment, Rayan Cherki, Melvin Bard et Maxence Caqueret.

En plus d’avoir un excellent centre de formation qui fait éclore des joueurs très talentueux, les scouts de l’Olympique Lyonnais sont présent sur tout le globe et ont su repérer de très bons joueurs comme Juninho, Memphis Depay, Tanguy Ndombele, Cris, Edmilson, Mahamadou Diarra, Tiago, Licha, Dejan Lovren, Ferland Mendy, Bruno Guimaraes, et Michael Essien.

Comme précisé précédemment, JMA aime faire de la publicité pour ses bons joueurs. Mais une de ses qualités premières est de savoir parfaitement gérer son business. Sous sa houlette, Lyon fait fructifier ses affaires, surtout dans la vente de talents. La plus grosse vente à ce jour est celle de Tanguy Ndombele pour 60 millions à Tottenham, puis Alexandre Lacazette pour 53M, Ferland Mendy, lui a été vendu 48M. Corenitn Tolisso 41,5M, Michael Essien 38M et Karim Benzema 35M.

JMA a noué quelques relations très fortes avec quelques joueurs ou joueuses comme Karim Benzema, Nabil Fekir, Ada Hegerberg et Megan Rapinoe par exemple. Il a une relation très fusionnelle avec certains joueurs qui l’amène à voir plus loin que le sportif. Lors de son départ pour le Bétis Séville, l’international Français avait notamment glissé un message à l’intention du président :

« Merci particulièrement au président Jean-Michel Aulas qui a su me mettre dans les meilleures dispositions et qui a toujours été là pour moi ».

JMA lui répondit en lui adressant une pensée pour sa famille et en lui souhaitant beaucoup de bonheur dans sa nouvelle aventure. Une réponse qui pouvait en dire long sur la relation entre ces deux hommes.

Plus récemment, après la crise du covid et l’impact retentissant sur son club, le président proposa non pas de baisser le salaire, mais de mener une action en faveur d’OL Groupe qui visait à favoriser toutes les parties. Pour ne pas contraindre les joueurs avec une baisse de salaire, le président lyonnais a proposé à l’équipe entière de l’OL, comprenant les joueurs et joueuses, mais aussi tout le staff d’investir une part de leur salaire, allant de 5% à 25% dans les actions boursières d’OL Groupe. Requête à laquelle plus de la moitié des personnes sollicitées ont répondu favorablement.

Quelques chiffres du palmarès de JMA avec Lyon :

OL masculin : 7 titres de champion de France avec l’OL (de 2002 à 2008) / 2 Coupes de France (2008 et 2012) / 1 Coupe de la Ligue (2001) / 7 Trophées des Champions (de 2002 à 2007 et 2012) / 1 titre de champion de Ligue 2 (1989) / 2 demi-finales de Ligue des Champions (2010 et 2020) / 1 demi-finale d’Europa League (2017)

OL féminin : 14 titres de championne de France (de 2007 à 2020) / 9 Coupes de France (2008, de 2012 à 2017, 2019 et 2020) / 1 Trophée des championnes (2019) / 7 Ligue des Champions (2011, 2012 et de 2016 à 2020)

Les réactions des joueurs et entraîneurs européens font toujours prendre conscience que Jean-Michel Aulas a réussie son pari d’installer Lyon parmi les meilleures équipes européennes. Même si cette année, pour la première fois depuis 22 ans, l’OL ne participe pas à une campagne européenne, elle reste ancrée dans le gratin européen. D’ailleurs, les performances de ces deux dernières années en Ligue des Champions ont tapé dans l’œil du technicien catalan, Pep Guardiola qui qualifiait Lyon de « grande équipe » à la veille du quart de finale lors du Final 8.

JB Chanet

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *