Digiqole ad

City 1-2 United : Man.U pragmatique punit le champion

 City 1-2 United : Man.U pragmatique punit le champion

On est toujours un peu dans l’obligation de gagner quand on joue pour Manchester. Mais aujourd’hui plus que jamais, le faux pas semblait interdit pour Skyblues et Red Devils à la vue de leurs situations respectives au classement.

City, 3ème à 11 points de Liverpool au coup d’envoi, se présentait toujours avec Fernandinho en défense centrale, et Jesus devant du fait de la blessure d’Aguero. Mendy était sur le banc au profit d’Angelino.

Côté Man U, 8ème, Pogba était toujours absent, mais Martial enchainait en pointe. Peu de surprises pour le reste.

Comme attendu, les Citizens prenaient le jeu à leur compte, et Man U procédait en contre. Et dès la 1ère minute, les red devils manquaient de surprendre leurs hôtes, mais Ederson était à la parade devant James. Le brésilien encore décisif devant Lingard (9ème). Man U faisait mal à chaque contre, et se procurait les meilleures occasions. Martial se signalait aussi d’une grosse frappe aux 20 mètres pour encore faire briller le portier des skyblues. Ce dernier était encore mis à contribution à la 20ème minute, lorsque Bernardo Silva bousculait Rashford, auteur d’un festival, dans la surface. Mais le brésilien ne pouvait rien, et l’anglais transformait pour son 13ème but de la saison toutes compétitions confondues (0-1). Logique à la vue du match. Le numéro 10 vendangeait toutefois un face à face avec Ederson en contre attaque (25ème). Rashford, encore lui, trouvait la barre sur l’action suivante, au bout d’un énième contre rouge et noir. City avait toutes les peines du monde à se montrer dangereux, et se faisait punir par Martial deux minutes plus tard d’une frappe du gauche à ras de terre (0-2). Enorme coup de froid sur l’Etihad, mais tellement logique, tant les visiteurs étaient les plus tranchants.

City tentait tout de même de réagir, mais Jesus gâchait un amour de centre de De Bruyne face à De Gea de la tête. Le Brésilien pouvait s’en vouloir, et symbolisait le déchet technique inhabituel côté City. Les skyblues retrouvaient de la maitrise et poussaient, mais en vain. 0-2 à la pause. À noter que Fred touchait le ballon du bras sur un centre de Walker, mais monsieur Taylor ne bronchait pas.

City se casse les dents

Au retour des vestiaires, City dominait nettement, et Lindelof sauvait son équipe devant De Bruyne. Le symbole d’un Man U regroupé et solidaire. Les hommes de Guardiola devaient néanmoins faire sans Stones, qui sortait sur blessure. Encore une tuile en défense pour les Citizens, qui ne relâchaient pas la pression, en témoigne cette mine de Rodri sortie de sa lucarne par De Gea (63ème). Les champions d’Angleterre revenaient sans cesse à la charge, mais il manquait toujours quelque chose, et Man U faisait preuve de sérénité. Jusqu’à la 85ème minute, et une tête rageuse d’Otamendi sur corner (85ème). Sur l’engagement, Mahrez, auteur d’une excellente entrée, manquait d’égaliser, mais De Gea faisait parler sa classe par une manchette à ras de terre. City poussait encore et toujours, mais son adversaire faisait bloc et on en restait là malgré une énorme occasion sur corner dans le temps additionnel. Avec 14 points de retard sur Liverpool désormais, il faudrait un sacré miracle aux hommes de Guardiola pour aller chercher une troisième couronne consécutive.

Digiqole ad
Avatar

David Onana

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *