Digiqole ad

Des lendemains difficiles pour Chapecoense

 Des lendemains difficiles pour Chapecoense
Le 28 novembre 2016, le monde du sport était endeuillé par l’une de ses plus grandes tragédies. L’avion transportant les joueurs de Chapecoense  se crasha peu de temps avant son arrivée à Medellin. Sur 77 passagers à bord, seul 6 ont survécu. 3 ans après, le club a des difficultés à se relever.

Un club en pleine ascension avant l’accident

Dès 2009, c’est une période faste qui s’ouvre pour le club de Chapecoense. Le club qui arrive en 2009 en Série D va gravir les différents échelons du football brésilien pour arriver en 2014 en Série A, la première division brésilienne. En parallèle de cette ascension au niveau national, le club de l’Etat de Santa Catarina va aussi découvrir les joies des compétitions continentales.

En effet, 2015 marque la première participation du club à la Copa Sudamericana, qui est la deuxième compétition la plus importante après la Copa Libertadores. Malgré une très belle prestation, le club brésilien est éliminé en quarts de finale contre un grand club du continent sudaméricain, River Plate.

En 2016, le club atteint la finale de cette même compétition après un parcours brillant. Chapecoense doit affronter l’Atletico National de Medellin pour tenter de remporter le trophée. C’est au cours du trajet pour se rendre en Colombie que l’accident se produit.

Un retour à la vie sportive compliquée

Sur l’ensemble de l’équipe présente à bord du vol, seulement 3 joueurs vont survivre, les deux défenseurs Alan Ruschel et Neto ainsi que le gardien Jakson Follman. Un journaliste fait aussi partie des survivants de ce crash ainsi que deux membres d’équipage.

Les instances brésiliennes, ainsi que la présidence du club ont malgré le drame souhaité que le club reprenne la compétition. Dès le 21 janvier 2017, le club joue de nouveau dans son stade contre Palmeiras. A l’occasion de ce match, Chapecoense soulève le trophée de la Copa Sudamericana à titre posthume sur proposition du club de Medellin.

Pour pouvoir mettre une équipe en place, les dirigeants de Chapecoense ont recruté 25 joueurs en l’espace de 30 joueurs. Jusqu’en juillet 2017, le club est extrêmement mal en point en championnat même si les nouveaux joueurs remportent le trophée de l’état de Santa Catarina en mai 2017

Mais le match amical disputé au Camp Nou contre Barcelone en août dans le cadre du trophée Gamper semble redonner une force mentale à toute l’équipe. Alan Ruschel, l’un des survivants fera sa première apparition sur un terrain de football à cette occasion depuis le drame. Chapecoense arrivera à se maintenir à 3 journées de la fin du championnat. Le club remporte le titre de son état (Santa Catarina) redonnant un peu de baume au coeur à ses supporters. Ces supporters,  qui eux aussi furent particulièrement touchés par le drame. Certains avouaient après l’accident que les nouveaux joueurs ne pourraient jamais remplacer les anciens dans leurs coeurs.

Depuis le drame, le club est retombé dans un l’anonymat qui était le sien avant l’accident et à l’issue de cette saison de championnat brésilien, celui-ci a toutes les chances d’être relégué en Serie B. L’année 2019 a aussi vu son élimination au premier tour de la Copa Sudamericana alors que le club avait tellement brillé dans cette compétition

Que sont devenus les survivants ?

Sur les 3 joueurs ayant survécu au crash, seul Alan Ruschel continue à jouer au football de manière professionnelle. Il évolue désormais à Goias qui joue le milieu de tableau dans le championnat brésilien. Lors d’un match le premier octobre 2019 contre Cruzeiro, il a inscrit son premier but depuis le crash. Particulièrement marqué depuis l’accident, ce fut pour lui l’occasion d’encore rendre hommage à ses coéquipiers défunts.

L’autre défenseur, Neto s’est depuis retiré du monde professionnel du football et reste très discret.

Le gardien, Jakson Follman avait perdu l’usage de sa jambe pendant l’accident et du rester pendant de longs mois en fauteuil roulant. Depuis mars 2018, il est ambassadeur des relations publiques pour le club. A côté de ses activités pour le club, il est devenu un chanteur brésilien très populaire.

Au cours de l’année 2019, un drame a de nouveau frappé la famille “Chapecoense” avec la mort du journaliste Rafael Henzel. Ce dernier, survivant du crash, est mort le 26 mars 2019 d’une crise cardiaque au cours d’un match de football. Il était, pour tous les supporters, la voix aux commentaires de tout les matchs du Chapecoense.

Du côté du personnel de navigation, les lendemains sont très douloureux notamment sur le plan mental et les deux survivants doivent être suivis médicalement.

Des familles en quête de reconnaissance

Même si dans les mois suivants le crash, la direction du club a toujours affiché son soutien aux familles, celle-ci se sentent lésées. Les familles se sentent abandonnées car elles possèdent peu de moyens financiers et que pour la plupart, les joueurs étant jeunes et en début de carrière, ils n’avaient pu mettre de l’argent de côté pour leur famille.

Deux veuves ont ainsi crée une association venant en aide aux victimes de ce crash. Cette association souligne que l’aide des premiers temps laisse place désormais à une forme d’abandon. En effet, 54 plaintes ont été déposées après le crash contre la compagnie aérienne ainsi que contre le club. Pour éviter un procès pouvant se révéler coûteux, le club ainsi que la compagnie aérienne tentent alors de trouver des arrangements à l’amiable avec les familles des victimes.

La somme proposée est généralement de 200 000 dollars. Sur les 54 plaintes, seulement 8 familles ont accepté la négociation amiable.

La relégation qui s’annonce en conclusion de cette saison 2019 pourrait avoir des conséquences extra-sportives. Au Brésil comme dans beaucoup de pays, une relégation induit une baisse de revenus notamment de revenus audiovisuels. Sans cette manne financière, le club ne pourrait trouver de solutions financières avec les parties.

Après une période d’unité et de solidarité entre toutes les parties prenantes du club de Chapecoense suivant le crash, la situation est aujourd’hui très compliquée pour le club. Celui-ci retombée dans l’anonymat ne bénéficie plus de la lumière de l’ensemble du football mondial pour se reconstruire. Le club va désormais devoir se relever de difficultés sportives et financières pour retrouver sa compétitivité qui était la sienne avant l’accident.

Digiqole ad
Avatar

Aurelien Schwartz

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *