Équipe de France : 6 points sur 6, encourageant mais pas parfait !

 Équipe de France : 6 points sur 6, encourageant mais pas parfait !

Malgré deux victoires en deux rencontres de Ligue des Nations face à la Suède et la Croatie, l’équipe de France n’a pas su convaincre tous ses suiveurs. La nouvelle organisation de jeu en 3-5-2 n’est pas encore adoptée par les joueurs mais la mentalité, elle, n’a pas changé. En difficulté, les Bleus ont su relever la tête.

Cela faisait près de dix mois que l’équipe de France n’avait pas joué. Et pour leur retour, les Bleus ont été efficaces. Les victoires en Suède (1-0) et face à la Croatie (4-2) ont permis aux hommes de Didier Deschamps de prendre 6 points sur autant possibles.

Après ses deux victoires, l’équipe de France se retrouve à égalité de points avec le Portugal dans le groupe 3 de la Ligue A de la Ligue des Nations. Mais les scores ne reflètent pas totalement les physionomies des rencontres. À Stockholm samedi dernier,  Antoine Griezmann et ses coéquipiers peinaient à faire le jeu. Il aura fallu un éclair plutôt chanceux de Kylian Mbappé pour permettre aux Bleus de marquer le seul but de la rencontre. Au Stade de France mardi, les Croates commençaient de la meilleure des manière leur partie et dominaient les Français dans tous les domaines.

Dejan Lovren donnait l’avantage au siens dès le premier quart d’heure d’une magnifique reprise pied gauche. Mais en toute fin de première mi-temps, comme par magie et après de beaux enchaînements collectifs, les Bleus revenaient au score puis prenaient l’avantage grâce à des réalisations d’Antoine Griezmann et d’Anthony Martial. Malgré le beau jeu des vice-champions du monde 2018, la France se montrait bien plus efficace que ses adversaires et finissait par l’emporter.

Face à la Croatie, Anthony Martial était aligné à la pointe de l’attaque, aux côtés de Wissam Ben Yedder. (Photo : Getty Images – So Foot)

Un 3-5-2 pas (encore) au point

C’est un souhait de Didier Deschamps. Ce système de jeu, le sélectionneur l’avait déjà mis en place le 17 novembre dernier en Albanie (2-0).

« C’est une organisation de jeu à laquelle je songeais depuis un moment et je vous confirme qu’on va la revoir. Très vite même », avait-il appuyé dans les colonnes de France Football au début du rassemblement.

Et après les deux victoires, Didier Deschamps ne s’est pas montré totalement convaincu par ce dispositif : « Il a des avantages et des inconvénients, cela demande de la répétition pour que les joueurs acquièrent des automatismes. On ne le condamne pas, on ne dit pas non plus que ça sera celui-là (à l’Euro, ndlr) ».

Cette nouveauté a légèrement perturbé les joueurs, qui se devaient de trouver de nouvelles habitudes et de nouvelles combinaisons. « C’était nouveau pour moi et c’était difficile au début, comme pour toute l’équipe », assumait Moussa Sissoko, après la victoire face aux Croates. Mais même avec un nouveau système, les Bleus ont gardé leur excellente mentalité.

De plus, tous les joueurs n’ont pas le même rythme. Et tous n’ont pas disputé le même nombre de matches ces derniers mois depuis l’arrêt des compétitions.

« Je n’ai pas la prétention de mettre tous mes joueurs au même niveau de préparation athlétique. Ce n’est pas pareil entre ceux qui ont rejoué. Tous les joueurs ne sont pas au mieux de leur forme », expliquait Didier Deschamps.

Une situation qui pouvait compliquer les choix du sélectionneur pour composer une équipe capable de tenir un match entier.

En Suède, Kylian Mbappé a inscrit son 14e but avec la séléction française. (Photo : Getty Images – Eurosport)

Une question d’efficacité

On le sait depuis maintenant quelques années, le jeu de l’équipe de France sous Didier Deschamps n’est pas une histoire de possession. Mais une stratégie de contre-attaque et d’efficacité. En Suède, la statistique d’efficacité française est impressionnante. Une frappe cadrée, un but.

Les Bleus ne se sont pas réellement montrés dangereux à la Friends Arena mais ont tout de même fait le travail pour prendre les trois points. Les coups de pieds arrêtés font également souvent la différence. Une réalité qui s’est reflétée hier face à la Croatie, où deux buts ont été inscrits sur phase arrêtée.

En première période, les Croates étaient clairement au-dessus. C’était même logique qu’ils menaient au score au vue de la très faible intensité donnée par les Bleus dans la première demi-heure. Et la première mi-temps était à l’image de la seconde. Au retour des vestiaires, Josip Brekalo égalisait pour les blanc et rouge (2-2). Une deuxième fois, les Bleus remobilisaient leurs forces pour arracher une victoire. Dayot Upamecano et Olivier Giroud inscrivaient les derniers buts français. Pour couronner le tout, le jeune Eduardo Camavinga, 17 ans, faisait son entrée en jeu et disputait ses premières minutes avec les A.

Les joueurs de l’équipe de France retrouveront Clairefontaine dès le mois prochain. Au programme, ils feront face au Portugal (11 octobre) à domicile et se déplaceront en Croatie (14 octobre) pour les prochaines journées de Ligue des Nations. En espérant que les supporters tricolores pourront faire leur retour dans les stades pour encourager les Bleus.

Adrien Deschepper

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *