Everton 0-0 Arsenal : De la médiocrité et du pain sur la planche

 Everton 0-0 Arsenal : De la médiocrité et du pain sur la planche
Au lendemain de l’officialisation de la signature comme entraineur de Mikel Arteta, présent en tribunes, Arsenal se déplaçait à Goodison Park pour y retrouver un Everton tout aussi en crise. Les Toffees qui viennent d’officialiser l’arrivée de Carlo Ancelotti (lui aussi présent) sur son banc un peu plus tôt dans la journée. pointent à la 16ème place. Seuls 4 points séparent les deux formations au coup d’envoi.

Dès le début du match on comprenait pourquoi les deux équipes en étaient là : Des phases de possession à tour de rôle, mais aucune des deux ne semblaient en capacité d’amener le danger et de faire une quelconque différence. Seul fait marquant du premier quart d’heure, la blessure de l’ancien Gunner Alex Iwobi dès la 8ème minute. C’est dire. Le premier frisson intervient à la 18ème minute, sur un coup franc de Sigurdsson qu’une partie du stade avait vu au fond. Pour le reste, les deux équipes donnaient l’impression d’attendre l’arrivée de leurs nouveaux managers respectifs pour se mettre à proposer quelque chose de cohérent. Mais si ce match était un match de boxe, alors Everton mènerait aux points, les meilleurs intentions étant du côté des Toffees. Il fallait attendre la 40ème minute pour voir la première tentative (non cadrée) d’Arsenal par Martinelli qui dévissait. Un bien triste spectacle qui avait au moins le mérite de convaincre les futurs coach des deux formations qu’il y’a du boulot.

Les murs ont dû trembler

Après la pause, les choses s’animaient un peu et l’intensité montait d’un cran : Aubameyang se procurait une énorme occasion à la suite d’un corner prolongé par Chambers, mais Pickford sauvait sur sa ligne (50ème). Beaucoup plus d’intentions de part et d’autre en tous les cas. On se prenait alors à rêver à un deuxième acte de folie. Il n’en était rien. Richarlison, dans les rares bons coups côté Toffees, mettait le feu avant de servir Calvert-Lewin en retrait, contré in extremis par un double tacle salvateur de Torreira et Chambers (67ème). Première véritable occasion pour Everton dans cette seconde période. La suite était teintée de la même médiocrité qu’en première période : On ne saurait dire si les deux formations se contentaient du nul en attendant la passation de pouvoir sur leur banc, ou si elles étaient tout bonnement incapables de proposer mieux. 0-0 au final.

Respectivement 10ème et 16ème au coup d’envoi, ce match aura démontré que ces deux écuries sont à leur place. Et que d’un côté comme de l’autre, les changements qui se préparent sont plus que bienvenus.

David Onana

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *