Digiqole ad

L’OL, une véritable entreprise

 L’OL, une véritable entreprise
Tout chef d’entreprise sait qu’il doit diversifier ses investissements afin de générer des profits sur le long terme et de ne pas être dépendant d’une seule source de revenus. Jean Michel Aulas, le président de l’Olympique Lyonnais Group applique parfaitement cette devise à son entreprise.

L’Olympique Lyonnais fut crée en 1950. Naturellement, au début, le club reste assez singulier dans ses performance et se retrouve même couvert de dettes.

En 1987, Jean Michel Aulas accède au poste de président de l’OL et va alors révolutionner ce club. JMA va réellement faire rentrer le club dans une nouvelle sphère. Son but étant de rembourser les dettes à court terme mais aussi de générer des bénéfices sur le long terme.

Dès 1999, JMA crée une société holding appelée OL Group chargée à l’avenir de gérer toutes les branches d’activité de l’OL.

A partir de la fin des années 2000, l’OL va dépasser le cadre du simple club de football. Jean Michel Aulas a toujours été à la recherche d’investisseurs pour pouvoir rivaliser avec les grands clubs européens qui sont eux aussi de réelles entreprises.

Cela se traduit en février 2007 par l’introduction en Bourse de l’OL. Son cours d’introduction est de 24 euros et cela permet à l’OL de récuperer 89 millions d’euros grâce à cet investissement. Le cours actuel est actuellement de 3 euros environ par action. Cela ne siginfie pas que l’action a perdu de sa valeur bien au contraire, la valorisation actuelle de l’OL Group est estimée à 177 millions d’euros. Au cours de la semaine dernière, l’OL Groupe s’est félicité de son excellente santé financière malgré un début de saison insignifiant pour un club de ce standing en ligue 1. Ces résultats excellents viennent très certainement des transferts effectués au cours de l’été dernier.

Bien entendu, depuis son introduction en Bourse, l’OL n’a pas réalisé que des années positives au niveau financier. Les années les plus dures furent celles de la construction du nouveau stade, désormais à Décines et qui porte le nom d’une grande compagnie d’assurances, Groupama. Ce stade résume bien à lui-seul la volonté de l’OL Group d’assurer sa pérennité financière par de nombreux investissements.

Tout d’abord, l’OL Group est propriétaire du nouveau stade ce qui n’est pas le cas de tous les clubs. Nice par exemple, n’est pas propriétaire de son stade. Etre propriétaire de son stade était une réelle volonté de JMA afin de pouvoir bénéficier de cet outil exceptionnel pour y faire vivre des évènements autre que le sport et s’y assurer des sources de revenus.

Ensuite, le club rhodanien a signé avec la société Groupama Stadium un contrat de Naming. Cela signifie que le stade porte le nom de la compagnie d’assurances mais en contrepartie, la société doit verser une indemnité à l’OL Group. JMA n’a jamais communiqué sur ce prix mais il pourrait avoisiner les 7 millions d’euros en comprenant aussi le naming pour le centre d’entraînement et le centre de formation. Ce contrat arrivant à expiration à la fin de cette saison sportive, l’olympique lyonnais pourrait donc s’assurer un contrat plus rémunérateur.

Afin de toujours plus diversifier ses investissements et ne pas reposer ses seuls revenus en matière sportif sur son équipe de football masculine, l’OL Group cherche depuis quelques temps à investir dans d’autres équipes. Evidemment, le club lyonnais possède une équipe féminine très performante au niveau national et européen même si celle-ci n’assure pas des revenus considérables à la holding

C’est donc avec cet objectif de se diversifier que JMA a signé avec le club de basket de Villeurbanne en juin dernier un accord de partenariat. Le président de l’ASVEL, Tony Parler, doit faire de la publicité au club de football notamment sur les continents américains et asiatiques. En contrepartie, la holding OL group devient actionnaire dans le club de basket en investissant dans les équipes féminines et masculines du club mais surtout en aidant la structure basket sur le plan commercial.

Récemment, le journal les Echos avançait l’idée que l’OL Group cherchait à acquérir une franchise féminine de football aux Etats-Unis pour le championnat débutant en avril. Dans les colonnes du journal, le président lyonnais voyait cette acquisition comme un investissement réellement profitable à long terme.

Un investissement en plus afin d’augmenter la diversification de l’entreprise Olympique Lyonnais……

Digiqole ad
Avatar

Aurelien Schwartz

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *