La Premier League reprend ses droits

 La Premier League reprend ses droits

« Enfin ! » s’exclament les aficionados du football. L’un des championnats les plus compétitifs du monde reprend ses droits ce week end : La Premier League Anglaise.

Fort de ses revenus toujours plus vertigineux, nul ne doute que le Royaume nous offrira une nouvelle fois son lot de frissons et de surprises. Le moment de faire un tour d’horizon des (nombreuses) forces en présence.

Liverpool, l’heure de la confirmation

Enfin couronnés en 2020, 30 ans après leur dernier sacre national, les Reds chercheront désormais à asseoir leur domination.

Pour l’heure, peu de mouvements chez les champions d’Angleterre, avec un noyau dur toujours présent, dont le fameux trio Salah-Mané-Firmino, entre autres.

On notera tout de même le départ de Lovren pour le Zenith, et la rumeur de celui de Wijnaldum pour Barcelone, qui serait alors idéalement compensée par l’arrivée de Thiago Alcantara. Ayant conservé la totalité de ses joyaux, Liverpool semble en tout cas paré pour défendre sa couronne.

Manchester City, l’heure du rachat

Nettement distancés par Liverpool en Premier League, sortis piteusement de la Ligue des Champions par un Olympique Lyonnais à sa portée, les hommes de Pep Guardiola abordent cette saison avec les dents longues.

Si la qualité de jeu est toujours au rendez-vous, les résultats, eux, ne sont guère satisfaisants. La faute notamment à une défense décimée, condamnant Guardiola à un bricolage permanent, surtout dans l’axe. Ainsi, Nathan Aké (Bournemouth) a ralié l’Etihad, tout comme l’ailier Ferran Torres (Valence) qui vient compenser les départs de David Silva et Leroy Sané.

Les Citizens ne devraient pas s’arrêter en si bon chemin, puisque que Kalidou Coulibaly est annoncé avec insistance. Ainsi renforcé, et avec la quasi-totalité de ses stars conservées, City devrait être en mesure de gommer les défauts du dernier exercice, et d’atteindre les objectifs du club. La Premier League bien sûr, mais surtout la Champions League, après laquelle le club court depuis son rachat en 2008.

Chelsea prend forme

Déjà prometteur sans avoir pu recruter l’an passé, le Chelsea de Franck Lampard s’annonce comme un sérieux outsider à la vue du mercato effectué.

On ne connait visiblement pas la crise à Stamford Bridge : Havertz, Werner, Chilwell, Sarr, Thiago Silva, Ziyech et Mendy sont venus grossir les rangs des blues. Difficile de ne pas les voir jouer les troubles fête dans ce mano a mano que se livrent Reds et Citizens depuis quelques temps.

Manchester United, petit à petit

3ème du dernier exercice, les hommes de Solskjaer se sont installés dans le trio de tête et retrouveront la Ligue des Champions cette saison. Pour l’heure, peu de mouvement hormis l’arrivée notable de Van De Beek au milieu, laissant présager une alléchante association avec Pogba et Fernandes.

Donny Van de Beek aux cotés d’Ole Gunnar Solskjaer et d’Harry Maguire après son 1er entraîenemnt sous les couleurs de Manchester United. (Crédit photo : Matthew Peters/Manchester United via Getty Images)

Les fans mancuniens verraient certainement d’un bon œil l’arrivée d’un ou plusieurs renforts derrière et en attaque, afin d’étoffer l’effectif, espérer tenir la dragée haute aux géants de Premier League, et réduire l’écart avec les deux intouchables, qui fût de 15 points l’an passé.

Tottenham, on prend les mêmes et on recommence

À l’exception des arrivées d’Höjberg et Doherty, les Spurs se sont jusqu’ici montrés bien discrets sur le marché. Arrivé en cours de saison, contraint de faire avec un groupe qu’il n’a pas choisi, il semble que José Mourinho devra s’atteler à une tache similaire cette saison, lui qui pointait le manque de profondeur de son effectif, notamment devant avec la blessure de longue date d’Harry Kane.

Difficile dès lors de déterminer ce que les Spurs peuvent espérer dans cette Premier League. Ramener un trophée serait déjà un accomplissement notable pour le Special One, qui n’ignore sans doute pas que son club en manque cruellement.

Arsenal, l’heure de vérité

Arrivé en cours de saison à l’instar de son homologue portugais, Mikel Arteta a depuis glané deux trophées, et redonner un semblant de cohérence au collectif des Gunners, se payant le luxe de quelques victoires de prestige (Man City, Chelsea, Liverpool, Man United).

Avec Willian, Saliba et Gabriel, l’Espagnol a obtenu quelques un des renforts souhaités, notamment en défense. Et ce n’est peut-être pas fini, puisque le Ghanéen Partey est annoncé dans le viseur au milieu. S’il s’est donné du crédit avec les progrès ostensibles de son équipe prise en cours de route, Arteta sera jugé bien plus sévèrement cette saison. Pas de titre dans les esprits ni dans les bouches, mais une qualification en Ligue des Champions, que le club n’a plus connue depuis 2017, est attendue.

Si les grands noms de Premier League ont été cités ici, il convient de ne pas oublier Leicester, 5ème, ou Wolverhampton, 7ème ,   qui ont eu le don de jouer les troubles fête la saison passée, et qui ne manqueront sans doute pas de renouveler l’expérience cette année.

En tout état de cause, cette saison de Premier League s’annonce comme à l’accoutumée des plus passionnantes. Et dire que l’on a hâte relève de l’euphémisme.

David Onana

Journaliste sportif

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *