“La sentinelle” : Vers une multiplication des profils ?

 “La sentinelle” : Vers une multiplication des profils ?

Marquinhos, Bouba Kamara pour la Ligue 1, ou Jorginho et Rodri du côté de la Premier League, voilà des noms de joueurs que l’on retrouve chaque week-end dans les débats footballistiques. Tous sont positionnés en tant que sentinelle, mais ont chacun un rôle différent, et adapté aux demandes de l’équipe. Décryptage.

L’apogée de la sentinelle technique

Si le jeu de position a fait briller plusieurs types de profils entre le défenseur-relanceur et le faux numéro 9, il a surtout mis en lumière la sentinelle regista.

Mais comment le définir ? Pour cela, Les Cahiers du football est votre meilleur ami.

“Meneur de jeu qui évolue dans une position très reculée sur le terrain, ce qui lui permet d’organiser le jeu devant sa défense”

Les Cahiers du Football

A l’inverse d’un Claude Makélélé du début des années 2000, véritable stoppeur et destructeur d’offensives adverses, le regista a une portée beaucoup plus créative.

C’est une sentinelle qui fait partie intégrante des phases de construction en étant à la base de celles-ci.

L’exemple « récent » le plus marquant reste sans aucun doute Sergio Busquets, qui a réussi à intégrer cette notion de meneur de jeu reculé, sans en oublier sa participation défensive.

Avec un réflexe constant de prise d’informations enseigné à la Masia, la recherche du jeu entre les lignes, et une énorme qualité dans les déplacements pour se rendre disponible, le catalan est l’archétype de la sentinelle technique.

Façonné de toute pièce par Pep Guardiola dans ses années passées à Barcelone, c’est le profil recherché par les plus grandes écuries européennes. A tel point que le génie espagnol a déboursé 70M€ pour s’attacher les services de Rodrigo, comme pour retrouver un peu de Busquets en Angleterre…

Vers un contre-modèle ?

Mais si Busquets s’est imposé comme la référence au poste de sentinelle lors des années 2010, un autre profil est ressorti du placard pour faire sa place.

En effet, dans un style complètement différent de celui de son rival catalan, Casemiro, comme un contre-modèle, a prouvé que la sentinelle défensive pouvait toujours être d’actualité. Plus protecteur que créateur , il a été le garde-fou face aux contre-attaques adverses lors du triplé merengue en Ligue des Champions.

Aux côtés des magiciens Luka Modric, Isco et Toni Kroos, Zidane avait besoin d’un joueur comme Casemiro pouvant contenir le manque d’activité défensive des autres milieux de terrain. Il faut dire que Zizou n’avait sûrement pas oublié l’importance de son co-équipier Claude Makélélé au Real Madrid, qui équilibrait une équipe remplie de stars offensives (Zidane, Raul, Figo…).

Au-delà de ses interventions défensives primordiales (à la limite du réglementaire parfois…), Casemiro apportait également devant. Non pas par la passe, mais par la projection dans le camp adverse. A l’image de sa reprise de volée en finale de Ligue des Champions 2017, sa frappe lourde est un véritable atout.

Quelle sentinelle pour les années 2020 ?

Avec l’hégémonie du jeu de transition, et l’idée du contre-pressing inculquée par Jürgen Klopp depuis quelques années maintenant, on peut évidemment se demander à quoi ressemblera la sentinelle type des prochaines années.

Grâce à l’indéboulonnable Fabinho installé devant la défense des Reds, on a déjà une petite idée. Lui-même a d’ailleurs définit son rôle au sein de Liverpool lors d’un entretien avec El Pais :

Je dois couvrir l’espace dans le dos des latéraux quand ils montent. (…) Je dois lire le match. Si je pense pouvoir récupérer le ballon en montant d’un cran, je le fais.

Son rôle de couverture découle logiquement du style de jeu des Reds : avec une tactique qui privilégie l’attaque par les ailes, il doit garantir un soutien défensif sur la largeur.

Pas très différent d’un Casemiro vu précédemment diriez-vous, mais son apport va un peu plus loin :

Les adversaires nous attendent davantage derrière et cela nous oblige à avoir plus de patience et me donne plus de temps. Je peux prendre le temps d’analyser davantage le match et choisir entre le jeu long et le jeu court.

Moins qu’un Busquets à Barcelone mais plus que la sentinelle brésilienne de Madrid, Fabinho peut aussi dicter le tempo de son équipe en possession du ballon. Un profil unique dans le milieu de Liverpool, où Jordan Henderson et Georginio Wijnaldum usent de leur gros volume de jeu pour répéter les courses défensives dans le camp adverse.

En définitive, Fabinho englobe les caractéristiques du milieu de terrain moderne : complet et polyvalent.

Avatar

Thibaud Convert

En attente du futur Fekir au Parc OL et admirateur des pénaltys de Messi. OL et Barça enthusiast.

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *