Digiqole ad

Le débrief du Multi-Ligue 1 (Samedi 15/12)

 Le débrief du Multi-Ligue 1 (Samedi 15/12)

Alors que dans l’après-midi, Metz a pris un bon point à domicile contre Marseille dans la perspective du maintien, ce multiplex est essentiellement consacré à la lutte pour le maintien. Une soirée faible en buts mais pourtant forte en tirs et en occasions.

  • Amiens 1-1 Dijon | Konaté 28’ Cadiz 19’

Les hommes de Stéphane Jobard, avant la trêve de fin d’année, affrontent deux concurrents directs pour le maintien. Déplacement à Amiens puis réception de Metz, les deux prochains matchs sont cruciaux pour les dijonnais. Du côté d’Amiens, les derniers rencontres n’ont pas rassuré et Lukas Elsner doit trouver des solutions.

Dijon peut s’appuyer sur le retour de Gomis dans les cages mais aussi sur un Chouiar qui bénéfice de plus en plus de responsabilités dans le jeu. Alors que les bourguignons connaissent des difficultés à l’extérieur, ils commencent bien le match et ils ouvrent le score par leur attaquant vénézuélien, Cadiz (19’). Sur une touche, celui-ci dévie astucieusement le ballon au fond des filets. Les Amiénois sont encore très passifs défensivement.

Dans ce début de match, c’est surtout au milieu de terrain que Dijon domine tactiquement son adversaire. Côté Amiénois malgré des difficultés défensives connues, Lukas Elsner prône du jeu, encore du jeu. Cela leur permet d’avoir des temps forts et c’est dans l’un d’eux que Konaté égalise (28’). Après que les montants d’Aflred Gomis ont été touché deux fois, Lefort réalise un centre parfait pour Konaté qui coupe au premier poteau pour inscrire le but. Konaté est connu pour être décisif dans la surface de réparation et il le confirme ce soir.

Au retour des vestiaires, les supporters amiénois pouvaient être inquiets au regard des soins portés au genou de Kakuta. Mais celui-ci les rassura totalement par sa prestation en seconde mi-temps. Le deuxième acte verra l’opportunité pour chaque équipe de remporter ce match.

Malgré cela, les deux équipes se quittent sur un score de parité laissant dans le bas du classement des positions resserrées et inchangées par rapport au coup d’envoi. Dijon est 16ème et Amiens 17ème, les deux équipes avec 17 points mais Amiens possède un match en moins.

  • Angers 0-0 Monaco

Angers fête les 100 ans de la création de son club avec un match de gala contre Monaco. Un match d’ambitieux au stade Raymond Kopa même si Angers reste sur 3 défaites d’affilée.

Monaco revient un peu mieux dans le jeu depuis quelques temps et cela se confirme en première mi-temps à Angers. Jardim mettant en place une certaine stabilité dans son onze de départ, les automatismes se créent notamment au milieu de terrain avec Golovin ou Adrien Silva par exemple.

Du côté Angevin, les hommes de Stéphane Moulin continuent à produire du jeu sans forcément réussir à le convertir au tableau d’affichage. D’ailleurs à la mi-temps, il y a tout simplement eu 0 frappe cadrée.

Ce calme offensif s’explique en partie par la discrétion de Wissam Ben Yedder. Particulièrement surveillé par Traoré ou Thomas, ces partenaires ont eu énormément de mal à le trouver même si Monaco a eu le ballon la plupart du temps. En seconde mi-temps, ils s’exposent aux contres du club angevin et c’est l’opportunité pour la défense monégasque de tester sa solidité. Pour une fois, Benjamin Lecomte réalise un clean sheet.

Une action aurait pu changer le cours du match vers la 75ème minute de jeu. Lancé en profondeur, Slimani prend le dessus sur Traoré. Ce dernier commet une faute alors que l’Algérien allait au but. L’arbitre ne donna qu’un carton jaune au défenseur angevin alors que la situation pouvait entraîner un carton d’une autre couleur.

Dans le temps additionnel, Fulgini a eu l’occasion de tuer le match mais il n’effectua pas le bon choix dans le dernier geste. Angers étend sa série d’inefficacité offensive tandis que Monaco n’encaisse pas de but se rassurant sur son efficacité défensive.

Les deux équipes possèdent le même nombre de points, 25, mais du fait d’une meilleure différence de buts, le club du rocher est 9ème tandis qu’Angers est 11ème.

  • Nîmes 0-1 Nantes | Louza 28’

Le dernier match chaotique et non maîtrisé à domicile des Nîmois appelle à une réaction des joueurs. Du côté nantais, ils regardent actuellement plus vers le haut que dans le rétroviseur.

Entre les blessés et les suspendus, Bernard Blaquart rencontre encore des difficultés pour inscrire 11 noms sur la feuille de match.

Renaud Ripart joue, par exemple, sur le côté droit et c’est Denkey qui occupe l’axe de l’attaque. A l’image du match contre Lyon, Nîmes met beaucoup d’intensité dans son début de match et réussit à garder cette intensité sur la durée. Le latéral Miguel occupe son couloir de façon très active. Mais Nîmes n’est pas relégable pour rien et les difficultés défensives réapparaissent très vite. La défense connaît notamment des problèmes dans l’alignement.

Les nantais ont connu un réel temps fort vers la demi-heure de jeu. Ludovic Blas a notamment eu un face-à-face particulièrement intéressant face son partenaire en espoir Bernadoni, mais c’est ce dernier qui l’emporte. Dans la foulée, Simon est servi en profondeur. Il va réussir à servir Louza pour l’ouverture du score (28’).

Simon, le joueur prêté par Levante, est particulièrement intéressant depuis quelques matchs. Malheureusement pour lui, il se fait logiquement refuser un but à 41ème minute de jeu pour hors-jeu.

Jusqu’à la mi-temps, les occasions sont nantaises.

A l’image du début de première mi-temps, c’est Nîmes qui entre bien dans le second acte. Ferhat obligeant Lafont à la parade sur coup franc (47ème). Hormis cela, la défense nantaise est rarement mise en difficulté au cours de ce match. Rarement mis en difficulté car malgré la volonté des joueurs nîmois, ils n’arrivent pas à trouver de solutions face à une défense organisée comme l’est celle de Nantes. A noter cependant la sortie sur blessure de Girotto (55’) qui constitue un duo performant avec Pallois cette saison en Ligue 1.

Les nîmois connaissent une dernière opportunité sur corner (85’), Appiah sauvant le ballon sur la ligne de but nantaise.

Ce résultat enfonce encore plus Nîmes dans la crise et la question du maintien de Bernard Blanquart à son poste va se poser avec insistance dans le Gard.

Les Nîmois restent 19ème avec 12 points tandis que Nantes est provisoirement 4ème en attendant les matchs de dimanche avec 29 points.

  • Brest 0-0 Nice

Deux équipes plutôt joueuses et inconstantes s’affrontent au stade Francis Le Blé. Les deux équipes cherchent à lancer une série.

D’entrée de jeu, Cyprien oblige Larsonneur à la parade ( 2’). Alors que les niçois semblaient bien lancés dans le match, c’est les brestois qui vont totalement contrôler la première mi-temps sous une météo compliquée.

Sous le regard de Sylvain Ripoll, le sélectionneur des espoirs français, Larsonneur va d’ailleurs multiplier les parades tout au long du match. C’est lui l’homme du match

Le point d’orgue de cette mi-temps est le penalty raté par Charbonnier à la 34ème minute de jeu. Consécutif à une mauvaise relance de Dante, celui-ci commet une obstruction sur l’ancien meilleur buteur de Ligue 2. La course d’élan ainsi que la frappe de Charbonnier traduisent son manque de confiance actuel. Cette action est aussi le symbole du manque de confiance dans la défense niçoise. Patrick Vieira a du mal à trouver la bonne formule et cela se ressent sur le terrain.

Au retour des vestiaires, les Niçois se procurent des occasions intéressantes et Larsonneur va continuer à s’employer pour conserver le score côté brestois. Que ce match se termine à 0-0 est du en grande partie à la performance du gardien brestois. 31 tirs dans ce match démontrent que ce résultat n’est pas 0-0 made in Ligue 1. Les spectateurs finistériens ont assisté à un match intense, simplement ponctué par un manque de réalisme.

Ce match n’a pas servi à relancer Charbonnier. Perturbé par ce raté sur pénalty, il n’a pas réussi à se ressaisir dans la suite. Il est remplacé à la 68ème minute par Autret. Côté niçois, Less-Melou continue dans la lignée de ses dernières performances et aurait mérité un but pour sa belle performance. Il du s’incliner face à la performance de Larsonneur ce soir, préférant en rire à plusieurs moments.

Le coup de grâce aurait pu venir de Bain dans le temps additionnel qui a frappé la barre transversale de Benitez.

Avec ce match nul, Nice se rassure après 6 défaites d’affilée à l’extérieur. Brest continue ses bons résultats à domicile, avec une seule défaite contre le PSG.

Nice est 13ème avec 24 points suivi par Brest avec 22 points.

  1. Toulouse 0-1 Reims | Oudin 9’

Les hommes d’Antoine Kombouaré doivent réussir à sortir de leur marasme actuel (7 défaites d’affilée) et surtout de l’ambiance qui règne autour du club. Du côté Rémois, l’heure n’est plus à la confirmation mais elle est désormais à l’ambition pour le club champenois cherchant à se maintenir dans la première partie de tableau. Le Stadium voit s’affronter la meilleure défense contre la pire défense d’Europe.

A l’image de leurs deux dernières sorties, les toulousains n’entament pas de la meilleure des façons leur match. Le plus inquiétant pour Antoine Kombouaré est le manque de concentration et de rigueur de ses défenseurs. Un premier oubli défensif a permis à Oudin de se procurer une occasion à la 8ème minute de jeu. Dans la foulée, une nouvelle erreur défensive permet à ce même Oudin d’avoir un face-à-face avec Reynet qu’il gagne pour ouvrir le score (9’). La défense toulousaine est de plus en plus fébrile au fil des matchs et cela ne risque pas d’aller en s’améliorant. Par la suite, les toulousains tentent de réagir. Mais il n’est pas simple de courir au score contre une équipe défendant bien à l’image de celle de Reims.

La deuxième mi-temps voit Reims continuer à bien défendre et Toulouse persister dans son impasse offensive. Au-delà de ses difficultés, les toulousains ne sont plus soutenus par leurs supporters. Les groupes d’ultras quittant leurs tribunes à la 78ème minutes, tentant par la suite d’investir la tribune présidentielle.

A l’instar de Nîmes, les difficultés extra-sportives viennent s’ajouter aux difficultés sportives du côté de la ville Rose.

Les toulousains restent derniers avec 12 points tandis que Reims est invaincu sur les 5 derniers matchs ( 2 victoire, 3 nuls). Ils sont 5ème provisoirement avec 27 points.

Digiqole ad
Avatar

Aurelien Schwartz

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *