Le débrief du Multi-Ligue 1 (Samedi 23/11)

 Le débrief du Multi-Ligue 1 (Samedi 23/11)
  • Amiens 0-4 Strasbourg | Caci 41’, Ajorque 56’, Mothiba 72’, Da Costa 76′

Petite originalité sur ce match, il a été dirigé par des arbitre suisses.

Après une bonne prestation contre Nîmes à la Meinau, les Alsaciens devaient enfin enchaîner à l’extérieur, eux qui sont muets depuis le début de la saison hors de leurs bases. Face à des Amiénois joueurs, la tâche ne s’annonçait pas facile.

Dès le début, ces derniers se sont procurés une occasion par l’intermédiaire de Guirassy (7’). Mais Thierry Laurey qui avait placé Djiku en 6 demanda à son équipe de procéder en contre et cela fut très efficace. Le premier but vient d’un contre rondement mené et conclu par Caci (41’) qui retrouve du temps de jeu après un début de saison compliqué pour lui. Dès le retour des vestiaires, Strasbourg se mis à l’abri (46’) avant d’accentuer son avance sur deux contres (72’,76’).

A chacune de ses offensives, Ajorque a démontré une présence très intéressante et il reste dans la lignée de sa performance face à Nîmes. Malgré sa taille, il possède une vraie technique et une réelle pointe de vitesse. Son association avec Mothiba est toujours prometteuse.

En face, un autre homme du match est l’ancien Lillois Aurélien Chedjou. A l’origine du troisième but sur une erreur de transmission, il s’est fait expulser à la 82’ laissant son équipe finir le match à 10. Evidemment, le jeu prôné par Lucas Elsner peut être à l’origine de ses erreurs. Reste à savoir si ce jeu de possession est adapté pour survivre en Ligue 1.

Les conséquences sur le classement : Strasbourg fait une belle opération en remontant à la 12ème place avec 18 points tandis que Amiens est 16ème avec 16 points

  • Metz 1-1 Reims | A.Traoré 47’ – Disasi 8’

Deux équipes avec des difficultés offensives, cela présumé d’un match quelque peu fermé. La première mi-temps fut rémoise avec une maîtrise quasiment absolue sur le jeu. Les champenois ouvrirent rapidement le score sur un coup franc anodin (8’) mais où la défense messine et Alexandre Oukidja ne firent pas les efforts pour contenir les joueurs rémois. La défense messine ne reste pas aux marquages tandis que le gardien messin n’arrive pas à prendre une décision pour tenter de s’emparer du ballon.

Dans les minutes suivantes, Vincent Hognon du procéder à un changement avec la blessure de N’Doram (14’), obligeant le repositionnement de tout l’axe du terrain. Pendant toute la première mi-temps, les rémois ont parfaitement exploité les côtés messins laissés libres.

Avant le retour aux vestiaires, les Messins se voient logiquement refuser un but pour hors-jeu (41’).

Dès le retour de la pause, la physionomie est différente avec la maîtrise qui est désormais pour les locaux et cela se traduit très vite par l’égalisation (47ème). A l’image du but des rémois, les défenseurs laissent libres les attaquants et Rajkovic ne peut rien faire. Lui pourtant qui n’a aucune intervention à effectuer tout au long du match encaisse un but. Côté rémois, les différents secteurs de jeu ont manqué de liant pendant la seconde période. Malgré cela, les lorrains ne parvinrent pas à se procurer des occasions.

A noter l’expulsion de Cafaro pour une altercation avec Angban. Reims perd un de ses créateurs pour les prochains matchs.

Les conséquences sur le classement : Metz est 18ème et barragiste avec 14 points tandis que Reims est 5ème avec 20 points.

  • Dijon 2-1 Rennes | Sammaritano 70’, Chouiar 83′ – Raphinha 59’

Depuis le début de la saison, Stéphane Jobard tente de faire jouer son équipe sans que cela ne se traduise forcément par des résultats.

L’entraîneur bourguignon pouvait alors penser que ce match allait prendre la même tournure que le début de saison quand ces hommes frappent deux fois la barre transversale en début de match (12’ Chouiar sur coup franc et 16’ Chafik frappe de loin). Tout au long du match, l’agressivité était du côté dijonnais.

Dominer n’est pas gagner et le score était de 0-0 à la mi-temps. Les intentions étaient similaires au retour des vestiaires mais malgré cela ce sont les bretons qui ouvrirent le score. Sur une belle ouverture, Raphinha s’en allait battre Gomis. Malheureusement, il ne put totalement fêter son but à cause d’une blessure musculaire ce qui devrait le priver de quelques matchs.

En réaction à cette ouverture du score, Stéphane Jobard a procédé à des changements et notamment à l’entrée de Sammaritano. Celui-ci se révéla décisif dans la suite du match. Entrée à la 60ème minute, il égalisa dès la 70ème. Son premier but depuis le 14 mai 2017 face à Nancy. Il est aussi à l’origine du but de la victoire en offrant une belle passe décisive à Chouiar. Très perfomant depuis son arrivée de Lens, celui-ci réalisa un beau geste technique pour mettre le ballon au fond des filets. Son but récompense encore une grosse activité dans ce match de sa part.

Du côté rennais, l’absence de Camavinga fut préjudiciable au milieu de terrain avec un milieu rennais globalement dominé par le milieu dijonnais.

Les conséquences sur le classement : Grâce à cette victoire, Dijon sort de la zone de relégation et se classe 17ème avec 15 points tandis que Rennes est 11ème avec 18 points.

  • Brest 1-1 Nantes | Cardona 68’ – Koulibaly 31’

 Christian Gourcuff l’avait affirmé dans l’avant-match, il n’était pas satisfait de la dynamique canarie avec 4 défaites en autant de matchs. Cependant, depuis son arrivée, l’entraîneur breton tente de mettre en place un style de jeu. Malgré l’absence de certains joueurs ce soir (Girotto, Pallois), Nantes a fait une première mi-temps convaincante en se procurant de nombreuses occasions. Bien aidé aussi par une forme d’apathie brestoise, Koulibaly ouvrit le score sur un centre détourné venant de la droite (31’).

Koulibaly a eu de nombreuses occasions mais s’est parfois heurté à un grand Larsonneur, parfois à un manque de chance. Le gardien brestois est l’un des hommes du matchs tellement il a sauvé le résultat pour les finistériens.

La seconde mi-temps fut globalement brestoise. Avec l’appui de leur public, ils égalisèrent sur un beau de numéro de soliste de Cardona (68’) analysant parfaitement l’anticipation de Lafont sur un possible centre en retrait. Lafont pris sa revanche lors d’un face-à-face. Les Brestois auraient pu l’emporter sur des contres mais les deux équipes se quittent dos à dos sur un score logique.

Les conséquences sur le classement : Brest est 14ème avec 18 points et Nantes 6ème avec 20 points

  • Angers 1-0 Nîmes | Mangani 67’

Angers avait l’occasion de prendre provisoirement la place de dauphin du PSG en cas de victoire contre la lanterne rouge Nîmes. Pour cela, Stéphane Moulin espérait garder sa solidité défensive face à une équipe en manque de repères à l’extérieur.

Côte nîmois, l’international espoir français, Paul Bernadoni, faisait son retour dans les buts après 1 mois et demi d’absence. Le début de match se résumait en une bataille de milieu de terrain notamment du fait des animations tactiques des deux entraîneurs.

Au fil du match, les Angevins prenaient le dessus grâce surtout à une meilleure qualité technique. Même si, les Nîmois ont réussi à se procurer des opportunités en contre (Ferhat 33’), cela n’est pas suffisant pour espérer un résultat à l’extérieur. Les Angevins n’ont jamais relâché leur emprise c’est logiquement que Thomas Mangani ouvre le score (67’).

Nîmes tenta alors de forcer le verrou, sans succès (90’). Butelle possède désormais le record d’invincibilité cumulé pour un gardien en Ligue 1 sur cette saison 2019-2020, preuve de la consistance de la défense angevine.

Les conséquences sur le classement : Angers est deuxième avec 24 points tandis que Nîmes est dernier avec 11 points mais un match en moins.

Aurelien Schwartz

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *