« Lequel est le meilleur ? » Zidane vs Iniesta

 « Lequel est le meilleur ? » Zidane vs Iniesta

En cette période propice aux sondages, tournois et autres challenges, l’une des questions revenant le plus souvent dans la bouche d’un fan de ballon rond est plus que jamais : Lequel est le meilleur des deux ? Si toutes les comparaisons n’ont pas lieu d’être et donnent lieu à des débats stériles, d’autres semblent bien finir par s’imposer.

Notre rédaction choisit aujourd’hui de se pencher sur la comparaison entre Zinédine Zidane, le légendaire maître à jouer du Real Madrid et de l’Equipe de France, et Andrès Iniesta, symbole de la domination Blaugrana et espagnole sur le football mondial.

Pour le Français un peu chauvin, la comparaison a toujours de quoi interpeller lorsqu’il s’agit de Zizou. Comment le grand numéro 10, qui a porté la France à bout de bras en coupe du monde, peut-il être comparé à qui que ce soit ? Et pourtant, le supporter avisé se garderait bien d’être aussi catégorique.

Sur le plan technique …

Première qualité venant à l’esprit lorsque l’on évoque ces deux joueurs, on serait bien en mal de les départager. Les deux hommes ont en effet une capacité exceptionnelle à conserver le ballon une fois entre leurs pieds, poussant leurs coéquipiers à les rechercher quasi systématiquement dans la construction.

Là où ils se distinguent, c’est peut-être dans le style : Il n’échappera à personne que Zidane se montre légèrement plus fantasque balle au pied, notamment par ses passements de jambes, ou encore sa fameuse roulette.

De son côté, Iniesta se complaît dans la simplicité, se contentant de crochets courts pour éliminer. Certains l’interpréteront comme un déficit technique, quand d’autres y verront une volonté d’épurer, à l’image de l’école Blaugrana.

En outre, les deux hommes sont dotés d’une qualité de passe, d’une vision du jeu, et d’une influence considérable sur le jeu de leurs formations que (nous) ne saurions départager.

Le sens du but …

Il n’en va en revanche pas de même concernant le sens du but, qui fait nettement pencher la balance en faveur du français.

Ce dernier compte 156 buts en club, contre 67 pour l’espagnol. Il est vrai que même au plus fort de la domination barcelonaise, la finition n’a jamais été ni la qualité, ni la préoccupation première d’Iniesta, dont le record est de 9 buts sur une saison. Il se trouve bien mieux placé au rayon des passes décisives (130), mais là encore, loin derrière le Madrilène (195).

En football, marquer ou faire marquer n’est pas le tout : Encore faut-il savoir le faire dans des moments importants.

Pour Zidane, ses deux buts en finale de Coupe du Monde en 1998, sa panenka en 2006 contre l’Italie, son but en or à l’Euro 2000 face au Portugal, son doublé contre l’Angleterre en 2004, sa volée contre Leverkusen en finale de Ligue des Champions sont autant de faits marquants dans sa carrière.

Pour Iniesta, le nombre de buts décisifs est bien plus maigre, le plus fameux étant celui en finale de Coupe du Monde 2010 face aux Pays-Bas lors des prolongations, offrant le titre mondial à sa sélection. L’influence du numéro 8 se ressent bien plus dans le jeu que sur une feuille de statistiques.

Le palmarès …

Et puisque l’on parle de feuille, celle du palmarès est bien sûr un facteur prépondérant dans cette comparaison : 36 titres pour Iniesta, contre 15 pour Zidane.

Le Blaugrana totalise 3 titres en sélection, là où le Madrilène en possède 2, 4 Champions League (1 pour le Français), et 9 Liga contre une seule pour ZZ. Il convient d’ajouter qu’un palmarès ne se construit pas uniquement sur la qualité individuelle des deux joueurs, mais sur la qualité de leurs coéquipiers, et disons-le, une petite dose de réussite parfois. L’écart demeure toutefois conséquent.

Le palmarès individuel …

Au rayon des distinctions individuelles, le simple fait que Zidane ait remporté un Ballon d’Or à l’inverse d’Iniesta semblerait suffire à les distinguer.

On peut toutefois souligner que le catalan a évolué à la même époque que Lionel Messi et Cristiano Ronaldo. Autant dire que la course était jouée d’avance, le mieux qu’il ait pu faire étant une 2ème place en 2010.

Outre son Ballon d’Or, Zidane peut se targuer d’avoir été meilleur joueur de Série A en 2001, du mondial en 2006, de l’Euro en 2000, ainsi que meilleur joueur UEFA en 2002. Côté Iniesta, on retiendra un titre de meilleur joueur de l’Euro 2012 (et de sa finale), de la finale du mondial 2010, et un trophée UEFA du meilleur joueur Européen en 2012. Il ne démérite pas donc, loin de là.

Dans ce débat, la partisanerie (aussi appelée clubisme) prend souvent le dessus. Les Madrilènes iront à Zidane, les Blaugranas à Iniesta. Les Français n’étant ni l’un ni l’autre auront tendance à pencher pour ZZ, tant les émotions procurées par les exploits de ce dernier restent en mémoire, même des plus jeunes. Et même en mettant tous les faits sur la table, le débat demeurera semble-t-il toujours ouvert.

L’auteur se mouille

Si l’auteur devait se risquer à trancher, il voterait Zidane, de manière purement subjective.

Les performances de ce dernier ont en effet été si marquantes que même un non amateur de ballon rond, de quelque génération qu’il soit, sait qui est Zinedine Zidane. Difficile d’imaginer qu’il en soit en même pour Iniesta, aussi bon soit-il.

Les exploits du numéro 10 ont dépassés les frontières de son sport, à tel point que certains brésiliens sont allés jusqu’à baptiser leurs enfants Zidane. Tout un symbole de la part d’un pays qu’il s’est employé à martyriser sur le rectangle vert.

En bons amateurs de ballon qu’ils sont, les Auriverde savent tout simplement reconnaître une légende du football lorsqu’ils en voient une. Même si celle-ci est dans le camp d’en face.

David Onana

Journaliste sportif

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *