LFP : Vers une Ligue 1 à 18 clubs et une Ligue 2 à 22 ?

 LFP : Vers une Ligue 1 à 18 clubs et une Ligue 2 à 22 ?

Décidément, le début de mandat de Vincent Labrune en tant que président de la Ligue n’est pas un long fleuve tranquille. Entre la crise sanitaire qui impacte les revenus des clubs professionnels, Mediapro qui souhaite renégocier son contrat de Droits TV, le nouveau dirigeant vient de lancer l’idée d’introduire une Ligue 1 à 18 clubs.

La proposition suscite déjà des controverses dans le football français, Noël le Graët jugeant le timing peu propice à cette réforme. Alors que seulement un grand championnat européen évolue actuellement à 18, cette évolution est-elle possible en France et quelles peuvent être ces conséquences sur le championnat français ?

Une possibilité juridiquement déjà envisagée

Aussi étonnant que cela puisse paraître, la possibilité d’évoluer à 18 clubs est une solution envisagée par les instances du football français. En effet, la convention entre la Fédération Française de Football et la LFP répartissant les compétences entre les deux instances évoque bien la possibilité que la Ligue 1 se joue entre 18 et 20 clubs.

La Ligue 2, quant à elle, peut se jouer entre 16 et 22 clubs. En Espagne, par exemple, la Segunda Liga se dispute à 22. Jouer la Ligue 2 à 22 clubs et la L1 à 18 permettrait de conserver 40 clubs professionnels comme c’est le cas actuellement.

En annonçant sa volonté de réduire la Ligue 1 à 18 clubs, Vincent Labrune sait pertinemment que l’instance qu’il dirige possède toutes les cartes en main pour réaliser cette opération.

Au regard des statuts de la LFP, l’assemblée générale ordinaire est parfaitement compétente pour procéder à la modification du format des compétitions qu’elle organise dans la limite de la convention FFF/LFP. En tant qu’institution du football professionnel français, la Ligue organise la Ligue 1 et la Ligue 2. Encore une fois, les textes ne forment pas d’obstacle à cette réforme du football français.

Mais bon, qui dit Assemblée, dit vote et c’est certainement là que le bât blesse pour l’ancien dirigeant de l’OM. Même si pour réussir son pari, il n’aura pas forcément besoin d’être extrêmement convaincant.

L’AG de la Ligue est composée des représentants des clubs professionnels en France ainsi que plusieurs autres sièges données aux différents cœurs de métiers opérant dans le secteur du football professionnel en France. Au sein de cette Assemblée Générale, 101 voix peuvent se prononcer.

En octroyant 2,75 voix à chaque club de Ligue 1, les statuts donnent une véritable puissance à la première division car à eux seuls, ils peuvent emporter un vote qui se décide à la majorité.

Alors oui, rien ne dit que la totalité de ces clubs sont pour cette réforme. Mais ils ne seront pas nombreux à s’opposer au tout récent patron de la Ligue. Les clubs régulièrement en Coupe d’Europe verront la réduction de leur nombre de matchs au niveau domestique d’un bon oeil (ndlr: 4).

Au-delà de ces considérations institutionnelles, la question qui vient à l’esprit de tous les fans de football français :

Cela peut-il améliorer la compétitivité de la Ligue 1 à moyen-long terme ?

Ce sujet revient régulièrement sur la table tous les 5, 10, 15 ans, et il pourrait même faire gagner un peu plus d’argent aux clubs de l’élite puisque selon les calculs deux équipes de moins représenteraient 2,5 millions d’euros en moyenne en plus pour chaque club. Mais beaucoup de questions continuent à se poser.

Aujourd’hui si l’on passe à 18 cela améliorerait notre niveau de football selon certains.

 Cette réforme ne ferait pas que des heureux. Tous les clubs qui se trouvent actuellement en Ligue 2 verraient cela d’un mauvais œil car l’accession et le maintien dans l’élite serait rendu encore plus compliqué qu’il ne l’est actuellement. Au-delà même des clubs, les municipalités ont fortement contribué à la construction des clubs, afin qu’ils soient performants en investissant notamment lourdement dans les équipements. Elles aussi seraient pénalisés par cette nouvelle règlementation.

Et quid des montées et descentes ? Avec un championnat à 18, ne risque-t-on pas d’aboutir à une ligue fermée ?

Alors que la LFP avait l’habitude d’évoluer avec 3 montées et 3 descentes pures, le troisième de Ligue 2 passe depuis désormais quelques années par un barrage. Vincent Labrune a communiqué sur le fait de vouloir 18 clubs en Ligue 1, sans évoquer les modalités de cette compétition. Cette question a donc naturellement de quoi effrayer une grande partie du football français.

Après l’arrêt du championnat pendant la crise sanitaire, la France fait encore preuve de singularité en souhaitant réduire la voilure sur le nombre de clubs participant à sa première division. Hormis le cas de la Bundesliga allemande qui a toujours joué ou presque à 18 (ndlr: pendant seulement quelques saisons dans les années 1950), l’Angleterre, l’Espagne, ou l’Italie sont des championnats qui se jouent à 20 clubs sans que cela pose problème.

Le football français est malade, mais le remède n’est peut-être pas de passer à 18 clubs. Cette année sur la scène européenne, on voit encore bien que les clubs français connaissent des débuts compliqués. Mais il est prématuré d’affirmer que les résultats européens des clubs français en lice sont conditionnés au seul nombre de clubs au sein de notre championnat.

Un passage à 18 clubs est-il nécessaire sachant que la coupe de la Ligue ayant été récemment supprimée a libéré 4 dates supplémentaires dans la saison ?

La Ligue 1 à 18 est une idée des grands clubs, qui y voient un avantage en se partageant non plus à 20 mais à 18 les recettes des droits TV. En effet, ils tentent régulièrement de profiter des faiblesses récurrentes de l’ensemble du football français (en termes de résultats sportifs, financiers et à propos de la médiation avec les diffuseurs) pour ressortir ce « mistigri » et de l’imposer. Alors, oui, les présidents des tops clubs français avancent le fait que tous les clubs toucheraient une part fixe plus importante des Droits TV mais cela ne se vérifiera peut-être pas dans la réalité.

Un diffuseur, comme Mediapro ou Canal+, signe un contrat pour retransmettre un certain nombre de matchs. En perdant plus d’une dizaine de matchs à l’année, seront-ils prêts à payer la même somme ? Rien n’est certain…..

De son côté, le sélectionneur de l’équipe de France, salarié de la Fédération se dit favorable pour un championnat à 18 et approuve les propos de Vincent Labrune alors même que son propre employeur n’a pas forcément validé le projet. En effet, Didier Deschamps à déclarer le 9 novembre dernier :

« Plus l’élite est resserrée, mieux c’est. Quand on voit aujourd’hui les calendriers, avec ces enchaînements, on n’a jamais vu cela, c’est compliqué. Avoir quatre matchs de moins en championnat, en passant à 18 clubs, ça va dans le sens de l’élite. »

Cependant, on peut percevoir une contradiction entre ses propos et la réalité. Pourquoi promouvoir un championnat à 18 clubs pour favoriser le niveau footballistique et la récupération et parallèlement au niveau international multiplier le nombre de matchs amicaux de l’EDF.

Réformer n’est jamais simple, réformer le football français encore moins. Vincent Labrune devra s’armer de patience s’il souhaite aller au bout de sa démarche…

Avatar

Aurelien Schwartz

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *