Ligue 1 : Quel sera le prochain entraîneur de viré ?

 Ligue 1 : Quel sera le prochain entraîneur de viré ?

Vieira, Gourcuff, Jobard. Déjà 3 entraîneurs de Ligue 1 dont les fonctions ont pris fin plus tôt que prévu. La fin de l’automne est souvent propice, pour les dirigeants de clubs, à écarter l’entraîneur principal. Les premières tendances se dégagent tant au classement que dans le jeu et le moment apparaît encore opportun pour pallier des situations qui restent réversibles.  

Déjà 3 entraîneurs de virer cette saison en Ligue 1. Cependant, les contrats de certains entraîneurs et la situation sportive de certains clubs laisse penser que la série n’est pas finie ? Alors quel est votre pronostic ?

Dans ce lot d’entraîneurs sur un potentiel siège éjectable, il y a ceux dont l’équipe lutte pour son maintien mais il y a aussi ceux dont les résultats ne sont pas au niveau des actionnaires.

De manière subjective, allons du plus au moins probable.

Thierry Laurey (RC Strasbourg)

Au soir de la défaite contre Montpellier le 22 novembre dernier, le poste de l’entraîneur strasbourgeois était plus vacillant que jamais.  Il soutenait pourtant durant ces conférences de presse que le groupe était encore derrière lui et que la situation était loin d’être irrémédiable.

Deux matchs plus tard, les alsaciens ont pris 4 points dont une victoire probante 4-0 contre le FC Nantes, match ayant conduit à l’éviction de Christian Gourcuff. Coutumier du fait, l’ancien entraîneur du Gazélec avait déjà redressé la barre l’an dernier après un début de saison compliqué, notamment du fait de l’enchaînement des matchs européens (élimination contre Francfort). L’effectif strasbourgeois vient lui aussi de vivre un été agité. Lourdement frappé par le Covid, il a dû intégrer le plus gros transfert du RCSA (Habib Diallo en provenance de Metz)

La barre semble donc se redresser en Alsace d’autant plus que les supporters alsaciens soutiennent toujours le coach en place depuis 2016. Pour autant, une nouvelle mauvaise passe amènerait les dirigeants à se poser la question du sort de Thierry Laurey, d’autant plus que son contrat se termine en juin 2021.

Probabilité pour que Thierry Laurey soit le prochain entraîneur démis de ses fonctions : 30%

Claude Puel (AS Saint-Etienne)

Tout comme Thierry Laurey, Claude Puel possède une solide expérience en tant qu’entraîneur de Ligue 1. Pas forcément habitué à jouer le bas de classement même s’il connaît cette situation de danger où le poste d’entraîneur est en danger (L’Olympique Lyonnais avait rompu le contrat de Claude Puel en juin 2011 pour faute grave), l’ancien coach de Leicester devra adapter ces méthodes pour éloigner l’ASSE de la zone rouge.

La délégation stéphanoise et son entraîneur, Claude Puel (Crédit photo : L’Équipe)

Puel a essayé d’exporter sa philosophie à Saint-Etienne en tentant d’intégrer de nombreux jeunes dans l’équipe première et en partant au clash avec l’ancienne génération (Ruffier, Khazri, Boudebouz finalement revenu après un transfert avorté dans le Golfe). Des frictions sont apparues dans l’équipe entre l’ancienne et la nouvelle génération. Cette nouvelle génération est très décriée et va vite devoir s’adapter au niveau de la Ligue 1. Des joueurs comme Abi ou Krasso recruté à Epinal ne sont pas au niveau requis.

Puel sait s’adapter à la pression même s’il ne semble pas encore avoir trouvé la solution tactique. Les verts vont jouer des adversaires directs dans les prochaines semaines et le retour de joueurs importants fera un grand bien au club.

Il ne faudra pourtant pas se manquer pour l’ancien entraîneur lyonnais car la pression populaire est forte dans le Forez. Autre élément important, les finances des verts sont loin d’être excédentaires et rompre le contrat de Claude Puel coûterait cher au club, déjà empêtré dans des contentieux sociaux, avec Stéphane Ruffier notamment.

Probabilité que Claude Puel soit le prochain entraîneur démis de ses fonctions : 25%

 

David Guion (Stade de Reims)

Plus au Nord, un autre club historique aussi vit des temps compliqués. En effet, le stade de Reims dirigé par David Guion, dont le contrat se termine en juin 2021, pointe actuellement à la place de barragiste alors que ces dernières années, le club champenois avait pris l’habitude de se hisser beaucoup plus haut.

(Source : France 3)

L’été fut agité du côté de Reims. Pour de nombreux observateurs, le mercato rémois fut raté avec des départs de joueurs importants (Disasi, Kamara) pas forcément remplacé. La recrue phare du mercato était Valon Berisha en provenance de la Lazio de Rome. Celui-ci peinait au début de la saison et son retour vers son meilleur niveau permet à Reims de rehausser le niveau de ses performances.

Pourtant, cela n’est pas encore suffisant et d’ici au 9 janvier prochain, les rémois affronteront des concurrents directs pour le maintien.

L’occasion pour les dirigeants de réellement faire un point sur la situation de David Guion et de savoir s’il décide de le conserver jusqu’à la fin de son contrat.

Probabilité pour que David Guion soit le prochain entraîneur démis de ses fonctions : 20%

 

Christophe Pélissier (FC Lorient)

Du côté du Moustoir, les résultats ne sont pas au niveau espéré en début de saison. En effet, le recrutement du club dirigé par Loïc Féry était fort intéressant en réussissant à conserver de bons joueurs (Le Fée, Hamel) tout en attirant l’un des meilleurs joueurs de Ligue 2, Grbic.

Les talents ne parviennent pas totalement à s’exprimer mais c’est surtout en défense où le bat blesse. Lorient est tout simplement l’une des pires défenses de Ligue 1 avec 24 buts encaissés.

Il existe pourtant des motifs d’espoir derrière lesquels les supporters lorientais peuvent se réfugier. Tout d’abord, Christophe Pelissier a l’habitude de lutter dans le bas du classement. C’était déjà le cas lorsqu’il entraînait à Amiens. Il saura donc certainement préparer son groupe mentalement aux matchs couperets. Il pourra s’appuyer sur quelques chiffres pour motiver ces joueurs et croire au maintien. Quand on regarde les statistiques en détails, on comprend que Lorient sous-performe en ce début de saison et n’est pas vraiment à sa place au vu du jeu produit. En termes d’expected points, c’est tout simplement le plus gros gap négatif en Ligue 1.

Et puis, le contrat longue durée du coach (terme du contrat le 30 juin 2024) lorientais fera certainement réfléchir avant d’engager à son encontre une quelconque procédure de rupture du contrat de travail.

Probabilité que Christophe Pelissier soit démis de ses fonctions : 15%

 

Jérôme Arpinon (Nîmes Olympique)

Lui aussi à l’image de l’entraîneur lorientais possède un contrat dont le terme est encore lointain (30 juin 2023). Fleurtant régulièrement avec la ligne de flottaison depuis le début de la saison, Nimes va devoir se battre jusqu’au bout. Avec l’un des plus petits budgets de L1, cela s’annonce forcément compliqué. D’autant plus que Jerome Arpinon connaît là sa première expérience en tant qu’entraîneur principal. Il va devoir trouver les ressources nécessaires pour que le Nîmes Olympique aille chercher les points nécessaires au maintien, d’autant plus dans une période complexe avec 3 points pris seulement sur les 15 derniers possibles.

Du côté des Costières, l’affolement n’est pas de mise et malgré l’inexpérience d’Arpinon, la rupture de son contrat n’est pas encore évoquée avec insistance.

Probabilité que Jerome Arpinon soit démis de ses fonctions : 15%

 

A côté de tous ces entraîneurs disposés à jouer le maintien se trouvent aussi dans cette liste des coachs de Ligue 1 dont les équipes sont bien voire très bien classées mais dont les actionnaires pourraient se lasser. A l’instar de Patrick Vieira, Thomas Tuchel et Julian Stéphan peuvent rapidement devenir les responsables d’une mauvaise série de résultats dans leur club respectif.

Pour l’entraîneur allemand, l’obtention de la première place en phase de groupes de la Champion’s League lui redonne un peu de crédit. En danger au cœur de l’automne, sa situation s’améliore et les relations avec Leonardo se réchauffent.

D’autant plus que la situation contractuelle ne risque pas de pousser les dirigeants parisiens à rompre le contrat de Thomas Tuchel ( il se termine en juin prochain) car cela pousserait le board à verser une indemnité non négligeable dans les temps actuels.

Du côté du stade du Roazhon Park, les temps sont plus durs pour le fils de l’adjoint de Deschamps. 9ème de Ligue 1, 1 seul point en Ligue des Champions, il va nécessairement vite falloir redresser la barre pour pouvoir atteindre les objectifs du début de saison. Après la défaite contre Lens, Stephan annonçait que son équipe jouait le maintien avant de rectifier dans une conférence de presse ultérieur.

Son équipe doit se comporter comme une équipe jouant le maintien selon lui, nuance. Ce qui est certain, c’est que le Stade Rennais n’est pas à sa place. Malgré le peu d’expérience de Julien Stephan, il démontre des vraies qualités en tant qu’entraîneur principal. De plus, le fait d’avoir fini dernier du groupe en Champions va laisser beaucoup plus de temps pour prépare les matchs, ce qui est un élément indéniable pour redresser la barre.

Enfin, l’actionnaire principal, la famille Pinault, n’est pas de nature à prendre des décisions impulsives et cela donne encore plus de gage de sécurité à la position de Julien Stephan.

Probabilité que Thomas Tuchel ou Julien Stephan soient démis de leurs fonctions : 5%

Et pou vous, quel sera le prochain entraîneur démis de ses fonctions ?

Aurelien Schwartz

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *