Lukaku : Un “Conte” de fée

 Lukaku : Un “Conte” de fée
Auteur de 12 buts en 17 matchs de Série A, soi autant qu’avec Manchester en Premier League sur toute la saison dernière, Romelu Lukaku semble s’épanouir pleinement sous Antonio Conte à l’Inter Milan. Sous le feu constant des critiques à Old Trafford, l’international Belge démontre qu’il a fait le bon choix en changeant d’écurie cet été.

À la vue de ses lacunes sur le plan technique, beaucoup doutaient de sa capacité à s’adapter à un football plus tactique, où les espaces se font plus rares. Jusqu’ici, il semble que l’ancien Mancunien s’y fasse très bien.

Pourtant le contexte n’avait rien d’évident : Arrivé avec l’étiquette d’un joueur physique aux lacunes techniques criantes, il a de plus la lourde tâche de faire oublier Mauro Icardi, alors poussé vers la sortie par sa direction et non désiré par Conte. L’Argentin, auteur de 124 buts pour les Nerazurri toutes compétitions confondues, s’annonçait compliqué à remplacer. Si on ne peut pas dire que tel soit déjà le cas, Lukaku forme avec Lautaro Martinez un duo redoutable, qui place l’Inter en tête de la Série A devant la dictatrice Juventus. Et lorsque l’Argentin manque à l’appel comme face au Genoa, qu’à cela ne tienne, le natif d’Anvers prend les choses en main : Un doublé, une passe décisive, et même un penalty offert au jeune Esposito pour son premier but en professionnel.

Il s’est même offert le luxe d’inscrire 9 buts lors de ses 11 premiers matchs sous le maillot Interiste. Une performance jamais vue depuis un certain Ronaldo en 97/98. On s’arrêtera là pour la comparaison.

Une ombre au tableau tout de même et pas des moindres : Le buteur des Diables Rouges n’a pu empêcher son équipe de sortir dès le premier tour de la Champions League, dans un groupe relevé constitué du Barça et de Dortmund. Avec en prime une humiliante défaite à domicile face à l’équipe B d’un Barcelone déjà qualifié. Le chemin est donc encore long pour retrouver un Inter compétitif sur la scène Européenne comme à ses grandes heures.

Sur tous les fronts dans les mois à venir

Si l’idylle est totale entre Lukaku et son club, il n’en est pas de même entre lui et l’Italie. Les cris de singe dont il a plusieurs fois fait l’objet cette saison, ainsi que la une raciste du Corriere dello Sport sont là pour le lui rappeler. Une hostilité à laquelle il répond comme il peut sur les réseaux sociaux, mais surtout sur le terrain. Pas de quoi lui faire regrette son choix cependant, d’autant qu’il savait probablement où il mettait les pieds.

En tout état de cause, l’année à venir demeure chargée en objectif pour le Belge : Détrôner la Juventus et offrir à l’Inter un titre après lequel il court depuis 2010 et le fameux triplé, l’Europa League, mais aussi l’Euro 2020 avec la sélection. Sortie par la France aux portes de la finale du mondial, les Diables rouges auront à cœur confirmer l’immense potentiel que l’on voit dans cette génération composée d’Hazard, De Bruyne, Lukaku, Mertens, Courtois et autres Witsel, mais qui peine à sanctionner par un titre.

Nul doute que l’homme aux 52 buts en 84 sélections aura à cœur de se montrer décisif, lui qui affirmait il y’a quelques mois : “Les gens me demandent parfois si je fais partie des trois meilleurs attaquants belges de tous les temps. Oui, oui, oui. Je dirai même que je suis le meilleur de tous les temps. Avec un kilomètre d’avance, je vous le dis.” Belges comme Interistes ne demandent qu’à en avoir la confirmation en Juin prochain.

David Onana

Journaliste sportif

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *