Digiqole ad

OL – Juventus : Comment l’OL a-t-il battu la Juve ?

 OL – Juventus : Comment l’OL a-t-il battu la Juve ?

Dans une ambiance des grands soirs au Groupama Stadium, l’OL fait chuter une Juventus un but à zéro, pourtant invaincue en Ligue des Champions et depuis le début de l’année civile. Lyon prend sa revanche trois ans après leur dernière rencontre au Groupama Stadium, et peut rêver d’un quart de finale.

Une première mi-temps type “Ligue des Champions”

Après dix premières minutes de flottement, les lyonnais se sont remis la tête à l’endroit et sont complètement rentrés dans leur rencontre. Face à une Juventus peu inspirée notamment dans les 30 derniers mètres, la charnière centrale est restée impériale dans la gestion de la profondeur, et dans l’isolement des éléments forts.

Plus haut sur le terrain, Moussa Dembele et Karl Toko-Ekambi n’ont pas rechigné à la tâche défensive : un bon balayage sur la largeur a rendu possible la construction d’un bloc solide. Sur des côtés dépendants d’un seul joueur, Léo Dubois à droite, a rassuré physiquement (de retour de blessure) et surpris techniquement dans les dédoublements apportés. A gauche, Maxwel Cornet a répondu présent dans l’impact physique face à Alex Sandro.

Une formation compacte laissant très peu de solutions aux leaders techniques turinois.

Aouar et Guimaraes en leaders

Mais c’est bien dans l’entrejeu que l’OL a rayonné, et ce grâce à deux joueurs au-dessus du lot : Houssem Aouar et Bruno Guimaraes.

Le brésilien d’abord (deuxième match sous les couleurs lyonnaises), a apporté énormément de fraîcheur au milieu. Toujours orienté face au jeu, une grosse qualité de conservation de balle, et des choix de passes très pertinents, la pépite dénichée par Juninho a dicté le jeu lyonnais. A ses côtés, Houssem Aouar, plus habitué des rencontres européennes, s’est élevé à l’importance du match. Dans une position un peu plus haute que son compère brésilien, le français a brillé techniquement.

A l’image de son petit pont sur Paulo Dybala, mais surtout sur sa passe décisive adressée à Lucas Tousart. Un crochet spécial Aouar pour déposer son adversaire et centrer en retrait dans la bonne zone. Une nouvelle grande performance sublimée par le trophée d’homme du match.

Une Juve maladroite

Même si les Gones se sont globalement surpassés sur ce huitième aller, la Juventus n’a pas été au niveau que ce soit techniquement ou tactiquement. Les turinois n’ont jamais réussi à emballer le match à cause d’un milieu de terrain bien trop statique et prévisible dans ses prises de décisions.

Cuadrado n’a pas fait de différences sur son couloir droit et Ronaldo, démunit de ballons exploitables dans la surface, s’est retrouvé dans des zones où on ne l’attend pas. Seul Paulo Dybala s’est montré remuant en deuxième mi-temps en apportant du mouvement et du danger au cœur d’une défense lyonnaise un peu panique. Car oui, même avec énormément de combativité dans le premier acte, il faut dire que tout à réussit à Lyon ce soir…

Avec un peu plus de réussite et de justesse, la Juventus aurait pu marquer un voire deux buts.

En n’encaissant aucun but à domicile, Lyon a fait la moitié du chemin vers la qualification. Rien n’est encore joué car le déplacement au Juventus Stadium sera une toute autre affaire, mais une victoire inattendue face à l’un des favoris de la compétition redonnera le sourire aux supportes lyonnais et au football français.

Digiqole ad
Avatar

Thibaud Convert

En attente du futur Fekir au Parc OL et admirateur des pénaltys de Messi. OL et Barça enthusiast.

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *