PSG : Le bilan de mi-saison

 PSG : Le bilan de mi-saison
AprĂšs une fin de saison 2018-2019 des plus chaotiques pour le champion de France en titre, des objectifs sportifs non rempli et des rĂ©sultats alarmants, la pĂ©riode estivale et le mercato ont permis une remise en question globale de l’organigramme du club.
Qu’est devenu ce PSG qui paraissait Ă  la dĂ©rive en fin de saison derniĂšre ? Tentons d’analyser la situation 

 

Le retour de Leonardo

Source : flickr.com

PremiĂšre grosse dĂ©cision des dirigeants depuis le licenciement d’Henrique avec la signature de Leonardo qui viendra remplacer ce dernier en tant que Directeur Sportif du club. Poste qu’il connaĂźt parfaitement puisqu’il occupait dĂ©jĂ  cette fonction de 2011 Ă  2013. Il vient pour Ă©pauler le prĂ©sident Al Khelaifi qui s’est libĂ©rĂ© de beaucoup de tĂąches liĂ©es au club pour s’occuper davantage de ses activitĂ©s hors-PSG, pour libĂ©rer Tuchel des mĂ©dias, lui qui ne rĂ©pond dĂ©sormais qu’aux questions sportives. L’extra-sportif est gĂ©rĂ© par Leonardo, et sur ce point-lĂ  l’Allemand est soulagĂ© et ne s’en cache pas. Leonardo vient Ă©galement pour remettre de l’ordre dans l’effectif, totalement dĂ©sĂ©quilibrĂ©, lui qui a un carnet d’adresses bien rempli et qui par le passĂ© dĂ©montrer qu’il recrutait des joueurs qui marquent le club (ex : Marquinhos, Thiago Silva, Maxwell, Verratti, Thiago Motta, Ibrahimovic et Cavani entre autres…).

 

Tuchel s’est plaint du manque de joueurs, il a Ă©tĂ© servi !

Avec un milieu dĂ©sert pendant 1 an oĂč seul Verratti devait se dĂ©brouiller seul et des renforts Ă  chaque ligne, Leonardo a donnĂ© les armes Ă  l’Allemand pour sa seconde saison et maintenant qu’il a eu ce qu’il voulait il ne pourra plus critiquer les manques qui lui ont empĂȘcher d’atteindre les objectifs de la saison passĂ©e. S’il Ă©choue littĂ©ralement il prendra la porte directement, et les deux hommes en sont conscients. Le club semble avoir remis le pied Ă  l’étrier et, tous, se dirige dans la mĂȘme direction.

 

Des chiffres montrant pourtant l’inverse

Avec 15 victoires et 3 dĂ©faites en championnats cette saison le PSG fait moins bien (oui oui c’est possible) qu’il y a un an jour pour jour lorsqu’il Ă©tait Ă  15 victoires et 2 nuls en 17 matchs avec une sĂ©rie de 14 victoires sur les 14 premiers matchs de L1 : Un record !

Le club compte actuellement 45 points en 18 journĂ©es alors qu’il en avait 47 en 17 matchs l’an dernier. Offensivement le constat est le mĂȘme : 43 buts inscrits contre 50. La dĂ©fense a concĂ©dĂ© autant de buts : 10.

En Ligue des Champions par contre les rĂ©sultats de cette annĂ©e sont nettement plus favorables (comme le groupe) que l’an dernier mais bon, le passĂ© a appris aux Parisiens que les phases de poules et les phases Ă  Ă©liminations directes sont deux tournois complĂštement distincts.

MalgrĂ© les trĂšs bons rĂ©sultats actuels, comment le PSG montre des statistiques moins a son avantage alors que l’effectif s’est Ă©toffé ?

 

Une infirmerie toujours remplie …

Nous l’avons assez vu l’annĂ©e derniĂšre l’un des dĂ©fauts de ce PSG est d’avoir constamment des joueurs indisponibles pour blessures. Pour faire simple, quasi la totalitĂ© de l’effectif est dĂ©jĂ  passer par l’infirmerie depuis le dĂ©but de saison. MĂȘme si pour certains il s’agissait de lĂ©gĂšres blessures, Tuchel accentue le fait de ne prendre aucun risque avec ses joueurs et n’hĂ©site pas Ă  leur laisser plus de temps de rĂ©cupĂ©ration pour revenir sur le terrain avec un risque de rechute quasi nulle. L’effectif de cette annĂ©e lui permet de procĂ©der de cette façon comparĂ©e Ă  l’annĂ©e derniĂšre. Seul Marquinhos, Bernat, Paredes et Di Maria ont Ă©tĂ© Ă©pargnĂ©s par des pĂ©pins physiques cette saison, sur un effectif de 23 joueurs c’est Ă©videmment trop peu. Gueye Ă  passer autant de temps Ă  l’infirmerie ces 6 derniers mois que sur l’ensemble de sa carriĂšre !

Comment cela peut arriver ? Une blessure n’arrive jamais par hasard, le mental du joueur peut le rendre fragile physiquement et l’hygiĂšne de vie est un facteur clĂ© pour Ă©viter les blessures. C’est sur ce point-lĂ  que certains doivent travailler (Kimpembe, Draxler, Kehrer, Verratti, Neymar, Cavani). Il y a Ă©galement une mauvaise prĂ©paration/rĂ©cupĂ©ration physique qui peut entraĂźner la blessure d’un joueur (Silva, Gueye, Icardi) et cela concerne directement le staff technique et le staff mĂ©dical du club. Pourtant le club a tirĂ© les leçons de la saison derniĂšre en changeant le mĂ©decin et les kinĂ©s l’étĂ© dernier mais le problĂšme n’est toujours pas rĂ©solu. Est-ce la prĂ©paration d’avant-saison qui fait dĂ©faut aux joueurs ? Est-ce la gestion des temps de jeu ? Un travail interne doit ĂȘtre effectuĂ© plus en profondeur pour remĂ©dier Ă  ce dĂ©faut. Ces blessures ont forcĂ© Tuchel Ă  s’adapter avec les joueurs disponibles au moment prĂ©sent comparĂ© Ă  l’an dernier oĂč il alignait tous ses meilleurs joueurs sans prendre compte de l’adversaire et de l’importance du match.

 

La Ligue 1 comme “laboratoire expĂ©rimentale”

Tuchel l’a appris lors de sa premiĂšre saison avec le PSG, le problĂšme n’est pas de remporter la Ligue 1 avec le PSG mais d’ĂȘtre bon sur toute une saison pour pouvoir atteindre les objectifs nationaux et europĂ©ens. Surtout qu’avec une saison de Ligue 1 beaucoup plus homogĂšne dans l’ensemble, le PSG peut se permettre de travailler son jeu plus en profondeur

Il cherche la meilleure disposition pour exprimer sur le terrain le potentiel collectif que possĂšde ce groupe. TrĂšs ouvert aux changements tactiques il a cependant arrĂȘtĂ© d’utiliser les formations Ă  3 dĂ©fenseurs centraux pour avoir une base d’équipe Ă  4 dĂ©fenseurs. Avec les indisponibilitĂ©s de chacun il a essayĂ© toutes les combinaisons offensives possibles et ce n’est qu’au mois de DĂ©cembre qu’il a pu aligner deux fois de suite le mĂȘme 11. AprĂšs des tentatives avec le 4-3-3 et le 4-2-3-1 il semble que c’est avec le 4-4-2 que l’équipe joue le mieux. Permettant Ă  la fois d’avoir une base solide dĂ©fensivement avec deux milieux rĂ©cupĂ©rateurs devant la dĂ©fense, l’équipe peut Ă  la fois jouer les contre-attaques rapides et Ă  la fois ĂȘtre l’équipe qui contrĂŽle le ballon pour prĂ©parer des attaques placĂ©es. Avec cet effectif Tuchel a davantage un travail psychologique sur ses joueurs pour qu’ils puissent exprimer tout leurs potentiels sur le terrain, le dĂ©fi n’est pas de leur apprendre Ă  jouer au ballon mais de les mettre en condition de rĂ©ussite, et ce pour tout le groupe. C’est un vĂ©ritable dĂ©fi pour lui qui n’as jamais coacher autant d’internationaux, et c’est tout le dĂ©fi de cette seconde partie de saison pour le PSG

Les matchs ne vont que s’enchaĂźner Ă  partir de maintenant, il faudra donc garder une fraĂźcheur physique pour tous ces joueurs et rĂ©duire au maximum le risque de blessure. La gestion du groupe sera d’autant plus importante qu’avant. A Tuchel de montrer qu’il a les Ă©paules assez larges pour faire progresser le club avec un 8Ăšme de finale des plus importants, les Ă©chĂ©ances Ă  venir dans les diffĂ©rentes coupes nationales et le championnat Ă©videmment. Le club de la capitale devra faire face Ă  tous ces grands rendez-vous, pour tout d’abord reconquĂ©rir sa suprĂ©matie sur le plan national et, pourquoi pas, conquĂ©rir l’Europe.

dervis

Laisser une RĂ©ponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *