PSG : Une fin de mercato en forme de sprint

 PSG : Une fin de mercato en forme de sprint

Largement critiqué pour son manque de recrues en ce mercato décalé, le PSG semble avoir passé la 5ème ces derniers jours : Le Portugais Danilo Perreira arrive en provenance du FC Porto, de même que l’attaquant Italien Moise Kean en provenance d’Everton, et le brésilien Rafinha, venant ainsi s’ajouter aux venues de Letellier et Florenzi.

Des arrivées que les supporters Parisiens, ainsi que leur entraineur Thomas Tuchel attendaient avec impatience. Il faut dire qu’avec les départs de Meunier, Cavani, Silva et Choupo-Moting, la nécessité de se renforcer semblait impérieuse. La grogne se faisait donc entendre dans l’oreille du directeur sportif Leonardo, laquelle a sifflé encore davantage la semaine dernière en marge de la réception d’Angers.

Inquiet de l’absence de renfort, Thomas Tuchel n’a pas hésité à pointer du doigt la direction Parisienne concernant le recrutement.

“Honnêtement je ne sais pas si on va recruter d’autres joueurs. On doit attendre. (…) Mais oui, on a une équipe réduite. Avec des joueurs qui jouent beaucoup en équipe nationale, le coronavirus et sans préparation, je suis inquiet. (…) On va en payer le prix en octobre, novembre, décembre… Pour le moment, on n’a pas la même qualité, pas les mêmes joueurs. Je ne vais pas laisser perdre les matchs pour autant. On va quand même faire le meilleur travail possible, on ne va jamais accepter d’excuses. Mais si ça reste comme ça, on ne peut pas demander la même chose”.

Des déclarations pas du goût du Brésilien qui a indiqué ne pas apprécier la sortie de son entraineur. Et si Leo répond dans la presse, il répond également sur le terrain, avec les arrivées de Danilo Pereira, Kean et Rafinha donc.

Que valent les recrues ?

Le premier, Danilo Pereira, pourrait bien représenter la sentinelle attendue de (très) longue date par le PSG. Avec un profil toutefois différent. Pas maladroit avec le ballon, il tranche surtout avec ses prédécesseurs de part sa dimension athlétique et sa capacité à mettre de l’impact, un domaine dans lequel le champion de France pêche incontestablement dans ce secteur du jeu. Inutile donc de s’attendre à un Motta bis. Il arrive en prêt du FC Porto avec option d’achat.

Quant à Kean, il vient compenser le départ de Choupo-Moting. Capable d’évoluer sur l’aile comme en pointe, le jeune Italien de 20 ans a l’avantage d’être polyvalent. Auteur de seulement 2 buts en 33 matchs la saison passée avec Everton, le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas convaincu. Arrivé en prêt sans option d’achat, il semble donc que nous soyons en présence d’un échange de bon procédé : Everton ne compte pas réellement sur lui pour la saison à venir, et Paris est dans l’urgence en cette fin de mercato. Reste à savoir ce que peut espérer Kean, dans une équipe déjà pourvue de Di Maria, Mbappé, Neymar, Sarabia, et Draxler à son poste.

Enfin dans les dernières heures du mercato, Paris s’est offert un dernier coup : Le Barcelonais Rafinha Alcantara signe pour 3 ans dans le cadre d’un transfert gratuit assorti de bonus. Le frère de Thiago Alcantara a l’avantage d’être polyvalent, pouvant évoluer au milieu ou sur une aile. Si son talent est indéniable, son corps capricieux a nettement freiné sa progression ces dernières saisons, et il semble condamné à jouer les utilités.

Dans un contexte économique et sanitaire compliqué, le PSG a dû ainsi faire preuve d’ingéniosité afin de se renforcer. 3 prêts, un transfert gratuit, et une arrivée libre ponctuent donc ce mercato tout en sobriété côté Parisien. S’il faudra patienter avant de voir arriver de nouveau grands noms à Paris, ces recrues ont le mérite de venir combler des manques évidents dans l’effectif Parisien. D’aucuns attendaient un défenseur central, mais il n’en sera rien. Les Parisiens peuvent désormais se tourner vers leurs objectifs avec un effectif plus fourni comme souhaité par Thomas Tuchel. L’Allemand sera désormais attendu au tournant par une direction qu’il a si vivement critiqué il y’a peu. Charge à lui de bien le négocier.

David Onana

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *