Une Italie monstrueuse 🇮🇹 : la recette Mancini

 Une Italie monstrueuse 🇮🇹 : la recette Mancini
Absente de la Coupe du Monde 2018 après avoir échoué aux barrages, l’Italie est retour au premier plan grâce un homme en particulier : Roberto Mancini. Ce dernier reprend une sélection traumatisée par cet échec et décide de tout repenser. Le sélectionneur parvient à qualifier la Squadra Azzura pour l’Euro 2020 qui est, depuis 3 ans désormais, impressionnante.

La patte Mancini

italie

En reprenant les rênes d’une sélection en détresse, Roberto Mancini a décidé de repartir sur un schéma de jeu plus classique. Adieu le bon vieux 3-5-2 utilisé pendant quelques années et place au 4-3-3.

Le sélectionneur décide d’abandonner l’historique Catenaccio qui est un système de jeu visant à être solide défensivement et donc à fermer le jeu. Désormais il souhaite mettre en place une philosophie plus séduisante tournée un peu plus sur l’offensive et la prise de risque afin de redonner plaisir aux fans en leur permettant de retrouver la passion.

Dans leur 4-3-3, les italiens s’appuient sur un milieu de terrain doté d’une qualité technique supérieure à la moyenne, avec des joueurs tels que Verratti, Barella, Jorginho et Locatelli, ce qui leur d’avoir très peu de déchets dans les transmissions. Le pourcentage de possession de balle des coéquipiers de Chiellini est de 63%.

italie

A la perte de balle, un pressing très intense se met en place où ils asphyxient leurs adversaires en ne leur laissant aucune liberté. Dès qu’ils le récupèrent, les italiens cherchent vite de la verticalité, s’ils le peuvent, afin de déséquilibrer le bloc adverse. Les défenseurs latéraux se projettent aussi très clairement à l’image d’un Leonardo Spinazzola infatigable sur son couloir gauche. Le milieu, notamment Barella et Locatelli qui est auteur d’un doublé face à la Suisse, accompagne énormément les offensives et est un véritable rouleau compresseur depuis le début de l’Euro 2020. Des joueurs sans cesse en mouvement mais tout en gardant une défense de fer avec aucun but encaissé lors des trois premiers matchs de la compétition.

Il n’y a pas de star dans la Nazionale, c’est un collectif qui adhère à ces nouveaux principes de jeu afin de redonner des couleurs à une nation marquée par cette absence à la Coupe du Monde 2018. Un jeu alléchant, du football moderne… voilà ce qu’il fallait pour retrouver une Italie attractive.

Un effectif renouvelé

Dès son arrivée, Roberto Mancini a commencé à trancher dans le vif en se séparant de certains joueurs afin d’apporter du sang neuf. Il a fait de multiples essaies en conviant plus de 70 joueurs dans ses différentes listes dont une trentaine de nouveaux visages.

  • Exit les anciens… 

italie

Ainsi, les gloires du football italien quittent la sélection à l’image d’Andrea Barzagli, de Gianluigi Buffon dont les larmes lors de la défaite en barrage traduisaient la tristesse de tout un peuple, et de Daniele De Rossi.

D’autres joueurs ont fait les frais des choix du technicien. Mario Balotelli n’entre plus dans les plans qu’il qualifie d’incorrigible alors qu’il a le talent pour être l’attaquant titulaire de l’Italie. On peut y ajouter Antonio Candreva, Marco Parolo, Manolo Gabbiadini et voire Matteo Darmian qui n’ont plus été appelé depuis. Des joueurs moyens qui ne permettaient pas à la Nazionale de briller.

Cependant, des joueurs d’expériences sont toujours là pour encadrer cette jeunesse à savoir Giorgio Chiellini (36 ans), Leonardo Bonucci (34 ans), Salvatore Sirigu (34 ans) et Francesco Acerbi (33 ans).

  • … Place à la jeunesse

italie

Dès lors, Mancini a fait appel à des jeunes pousses et s’est tourné vers l’Italie Espoirs. L’émergence des jeunes est plus que réussie avec Nicolo Barella qui a gagné ses galons de titulaire et impressionne que ce soit en club, avec l’Inter Milan, ou en sélection. Ensuite, Manuel Locatelli est en pleine éclosion cette année et sa côte ne fait que grimper. Après une très belle saison avec Sassuolo, il fait un début d’Euro canon en atteste son doublé face aux suisses. Il est en concurrence avec l’un des tauliers, Marco Verratti, pour une place de titulaire face à l’Espagne.

Il y a également Gianluigi Donnarumma qui a remplacé Gigi Buffon dans la cage italienne. Ce premier est déjà un gardien confirmé depuis quelques années et est le digne successeur du quarantenaire. D’autres jeunes joueurs poussent pour une place de titulaire au sein de la sélection italienne comme Federico Chiesa et Alessandro Bastoni. Le défenseur de l’Inter devrait être l’héritier de Chiellini.

Lors du match de barrages pour la Coupe du Monde 2018, la moyenne d’âge était de 30 ans et 8 mois alors que désormais elle est de de 25 ans et 8 mois. Un rajeunissement des troupes et de l’insouciance qui leur ont fait le plus grand bien.

Une équipe invincible

italie

Depuis l’intronisation de Roberto Mancini, les résultats positifs sont revenus pour les italiens en plus d’un jeu séduisant. Nous louons les qualités offensives et dans le jeu mais il ne faut pas oublier que la rigueur défensive reste de mise avec ces 32 matchs sans défaite avec une suite impressionnante de 11 clean sheets. Une série impressionnante qui pourrait se poursuivre lors de la suite de cet Euro et même après s’ils ne s’inclinent pas dans le jeu. La Squadra Azzura est de retour au premier plan !

L’Italie a retrouvé des couleurs et impressionne grâce à Roberto Mancini qui a décidé de se détourner des codes du football italien. Le technicien italien a apporté de la nouveauté en termes de joueurs et aussi avec un jeu alléchant visant à asphyxier ses adversaires, direct à la perte de balle et en cherchant de la projection rapide et de la verticalité. La Nazionale peut poursuivre sa belle série d’invincibilité aujourd’hui (21H) face à l’Espagne. Suivez toute l’actualité de l’Euro et de l’Italie sur notre compte Twitter et notre Fil d’Actu.

Lucas Billiau

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *