Amine Gouiri, tout d’un futur grand ?

 Amine Gouiri, tout d’un futur grand ?

Couvé à l’OL durant plusieurs années, Amine Gouiri a pris son envol l’été dernier. Avec les Aiglons, l’attaquant français est en train de déployer ses ailes et voler vers le succès en portant le club azuréen sur ses épaules. Il a désormais rendez-vous avec l’Équipe de France Espoirs. Itinéraire d’un jeune surdoué.

Une jeunesse à la vitesse supérieure

Au sein d’une famille où le football occupe une place énorme, Amine Gouiri naît le 16 février 2000, dans la région lyonnaise. Dans sa première équipe de L’Isle-d’Abeau, il fait très vite l’objet d’un surclassement constant. Selon ses éducateurs, il avait une puissance et une intelligence de jeu innées. Sur le terrain, il est très vite attiré par le but.

Devenu déjà trop grand, Amine Gouiri rejoint le club de Bourgoin en 2011. Ses éducateurs n’avaient alors jamais vu un gamin avec autant de qualités à cet âge-là. Gouiri va également se montrer dans un autre rendez-vous : la Danone Nations Cup. Il y détonne dans la compétition, avec un titre de meilleur buteur, obtenu grâce à ses neuf buts inscrits en huit matches. Suffisant pour convaincre l’Olympique Lyonnais de le faire venir. L’attaquant vit alors un rêve en rejoignant l’Olympique Lyonnais à ses 13 ans, lui qui a l’OL dans la peau.

Des débuts remarqués à l’OL et en Bleu

Amine Gouiri débarque donc à Lyon pour la saison 2013-14. Selon Armand Garrido, acteur majeur de la formation lyonnaise, « il était dans la lignée des grands attaquants » que l’OL a connu. Là-bas, le footballeur de la génération 2000, celle notamment de Maxence Caqueret, a rapidement mis tout le monde d’accord. Considéré comme un joueur très prometteur du centre de formation, il a ainsi franchi toutes les étapes les unes après les autres avec les Gones. Des débuts précoces, un attaquant adroit devant le but : évidemment, le rapprochement avec Karim Benzema s’était vite fait dans le Rhône.

Son profil plaît alors à Bruno Genesio, entraîneur lyonnais de l’époque, au point que début septembre 2016, alors qu’il n’a encore que 16 ans, il est convoqué pour affronter Bordeaux en Ligue 1. Gouiri trouve alors un grand frère dans l’effectif lyonnais, en la personne de Nabil Fekir. Il lui donnait beaucoup de conseils, et lui expliquait les rouages du monde professionnel. « Je me suis vu en lui », reconnaissait-t-il sur OLTV.

En parallèle, dès que le garçon rejoint les Équipes de France de jeunes, les compteurs explosent. Durant l’Euro U17, il inscrit huit buts en quatre matches. Quelques mois plus tard, au Mondial U17, il claque cinq buts en trois matches de poules.

Gouiri convainc de plus en plus et entre enfin pour la première fois en Ligue 1 face à Montpellier le 19 novembre 2017, pour ensuite bénéficier de seulement quelques minutes jusqu’en fin d’exercice. S’il ne joue pas énormément avec les pros, Lyon lui fait signer son premier contrat professionnel en avril 2018. La saison 2018-19 ressemble à un tremplin pour franchir une vraie étape. Malheureusement, elle ne durera que quelques semaines.

Les croisés, coup d’arrêt dans sa progression

L’OL commence à lui faire de la place, son entraîneur l’adore et veut le faire jouer. Cependant, il revient exténué du Championnat d’Europe U19, où il finit une nouvelle fois meilleur buteur. En août 2018, lors d’un entraînement avec la réserve lyonnaise, Amine Gouiri s’écroule, et pousse un cri de douleur. Le verdict tombe : l’attaquant est victime d’une rupture d’un ligament croisé.

Comme pour manifester la confiance accordée, l’OL lui fait signer une prolongation de contrat pendant sa convalescence jusqu’en juin 2022. A l’heure de revenir sur le terrain en avril 2019, Gouiri a appris. Cette épreuve lui a montré que le football n’est pas toujours tout rose comme cela a pu se passer pour lui depuis tout jeune.

Une fin d’histoire avec l’OL au goût d’inachevé

Plein d’espoirs pour la saison 2019-20, Amine Gouiri déchante. Après le licenciement de Sylvinho à la tête de l’OL, Rudi Garcia débarque, mais rien ne change, malgré un discours assez encourageant au niveau des jeunes. L’attaquant reste cantonné à la Youth League avec les jeunes talents lyonnais, où il effectue de bonnes prestations, à défaut d’être convoqué chez les pros. Il est d’ailleurs, en novembre 2019, le premier joueur à jouer en Youth League en début d’après-midi, et à rentrer en Ligue des Champions le soir même. Il est malgré tout convoqué en équipe de France Espoirs, où il dispute ses premières minutes, et est le seul élément du groupe à être un joueur de réserve.

En fin d’année 2019, Jeff Reine-Adélaïde et Memphis Depay sont victimes d’une grave blessure au genou. L’occasion idéale pour Gouiri ? Même pas. Lyon se met en tête de recruter (Karl Toko Ekambi arrive) et tente de prêter Gouiri lors du mercato hivernal, ce qu’il refuse. Il désespère alors, et sa frustration se transforme en colère. Il continue de jouer avec l’équipe réserve, où il signera même un quadruplé en une mi-temps lors d’un match de février 2020, après avoir inscrit un doublé en Youth League quelques jours plus tôt.

Lors de la dernière présaison estivale, Rudi Garcia lâche que « si les jeunes ne jouent pas, c’est qu’ils n’ont pas le niveau ». L’entraîneur rhodanien ne compte donc toujours pas sur lui, et à l’été 2020, Amine Gouiri rejoint Nice pour seulement 7 millions d’euros et un pourcentage à la revente. C’est alors la fin d’une aventure de sept ans, avec forcément ce sentiment de gâchis. Beaucoup de supporters lyonnais fustigent cette décision, encore plus aujourd’hui vu le niveau affiché par l’attaquant en Ligue 1.

L’envol réussi de l’Aiglon

A l’OGC Nice, le jeune attaquant signe pour 4 ans. « On a pu voir dès le premier entraînement qu’il a vraiment des qualités incroyables. Il a un très bel avenir devant lui », confiait l’expérimenté Schneiderlin lors de son arrivée. Auteur d’un doublé face à Lens pour son entrée en matière lors de la 1ère journée, sa première saison n’est pas encore terminée qu’on peut déjà parler de révélation.

Cette saison, Amine Gouiri est l’homme providentiel de l’OGC Nice. Souvent dans les bons coups, l’attaquant niçois s’est montré indispensable à l’effectif des Aiglons. En témoigne ses 16 buts inscrits, ainsi que ses 7 passes décisives délivrées, toutes compétitions confondues. Il est à la fois meilleur buteur et meilleur passeur du club, et ce, à 21 ans seulement. Hormis des performances impressionnantes en championnat, le buteur de 21 ans a également confirmé lors de la phase de groupes de l’Europa League disputée par l’OGC Nice cette saison, en contribuant grandement à l’animation offensive des siens.

Depuis le début de saison, le jeune homme multiplie les masterclass. La dernière en date, celle contre Marseille (3-0) le week-end dernier avec un but et une passe décisive, histoire de bien faire résonner ce nom : Amine Gouiri.

Constamment surclassé pendant sa jeunesse, lâché par l’OL où il rêvait de s’épanouir, Amine Gouiri a désormais toutes les armes pour tout casser en Ligue 1 à Nice. Sylvain Ripoll, sélectionneur des Espoirs, ne s’y est pas trompé. Amine Gouiri est bien présent lors du premier tour de l’Euro U21, qui se déroule actuellement en Hongrie et en Slovénie. Gouiri risque bien d’y briller, et amener les Bleuets vers les sommets. Avant de s’inviter chez les plus grands ? Au rythme fou affiché par le Niçois, ça pourrait aller très vite.

Hugo Guérin

Supporter inconditionnel de l'Olympique Lyonnais. Comme le dirait Albert Camus : « Il n'y a pas d'endroit dans le monde où l'homme est plus heureux que dans un stade de football ».

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *