Andorre 0-2 Turquie : Histoire de bien finir

 Andorre 0-2 Turquie : Histoire de bien finir
Pour garder un espoir de prendre la première place du groupe H, les turcs devaient s’imposer en terre andorrane et espérer un faux pas des Bleus. Cette première place revêt une importance car elle pourrait permettre de se retrouver dans le premier chapeau lors du tirage de l’Euro 2020.

Face à une équipe d’Andorre supposée plus faible, le sélectionneur Gunes prit la décision d’opérer un large turnover par rapport au match contre l’Islande avec 8 changements. Cela lui permit de tester de nombreux joueurs et un nouveau système avec une défense à 3.

Rapidement informés de l’évolution du score à Tirana, les turcs ne mettaient pas une grande intensité dans le début de match. A contrario, c’est les andorrans qui tentaient de mettre la pression sur la défense turque.

Cependant, une fois que les prétendus remplaçants de l’équipe turque mirent le pied sur le ballon, la défense andorrane a beaucoup subi. Notamment sur les changements de côté. C’est d’ailleurs un de ces changements qui amène le premier but d’Enes Ounal (17′). Sur ce but, le gardien andorran, Gomes n’a pas suffisamment la main ferme.

Une des autres faiblesses de l’équipe andorrane  réside dans la lenteur de sa défense centrale et son mauvais alignement. De ce fait, de nombreuses actions turques se sont déroulées au cœur du jeu et c’est d’ailleurs une d’entre elles qui amène le penalty transformé par Enes Ounal pour son doublé (21′).

A ce moment de la partie, le score est quelque peu flatteur. Tout au long de la partie, les turcs n’ont pas eu une pléiade d’occasions même s’ils se sont vus refuser un but pour hors-jeu (68′).

Pour les joueurs à faible temps de jeu en sélection, malgré la faiblesse de l’adversaire, c’était une occasion unique pour se montrer. Sangaré, le latéral turco-guinéen s’est beaucoup montré sur son côté. Contrairement au lillois Yacizi qui n’a pas démontré ses qualités aux yeux de son sélectionneur.

Gunes n’a pu obtenir beaucoup de certitudes ce soir. C’est donc certainement avec une profondeur d’effectif moins importante que les grandes nations européennes que la Turquie se rendra à l’Euro.

Aurelien Schwartz

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *