Digiqole ad

C1 – PSG : Les parisiens doivent finir le travail

 C1 – PSG : Les parisiens doivent finir le travail

Opposé au İstanbul Başakşehir FK ce soir pour le compte de la dernière journée de phase de poule de la Ligue des Champions, le PSG aura son destin en main au Parc des Princes pour se qualifier en huitièmes de finale. Une victoire assurerait non seulement le tour suivant, mais aussi la première place aux Parisiens, face à des Turcs d’ores et déjà éliminés de toutes compétitions Européennes.

Or, tout ceci n’était point gagné il y’a encore un mois de cela. Battu à Leipzig après avoir loupé le break dans un scénario catastrophe, Paris se trouvait au bord du précipice : 3ème du groupe, il était ainsi condamné à un sans-faute lors des matchs retour, afin de s’éviter l’humiliation d’une sortie au premier tour, quelques mois après avoir disputé sa première finale dans l’épreuve. Victorieux miracle contre Leipzig, puis revenu de l’enfer à Old Trafford, voilà le PSG en position de finir le travail. Et dire qu’il serait trop bête de tout gâcher maintenant relève de l’euphémisme.

Si Paris ne sera pas au complet (Icardi et Sarabia manquent encore à l’appel, de même que le blessé de longue date Bernat), Thomas Tuchel pourra compter sur une bonne partie de son groupe pour finir le travail : Les tauliers Mbappé, Neymar, Verratti, Marquinhos, Navas et Kimpembé tiendront leur place sauf revirement de situation. Et ils ne seront pas de trop, tant l’on sait l’équilibre Parisien fragile. Le premier cité tentera notamment de mettre fin à une série de 9 matchs sans buts en Champions League.

Si les 11 acteurs jouent gros, il en va de même pour leur entraineur : Extrêmement fragilisé après la phase aller, Tuchel semble en position d’inverser la vapeur, et ainsi embellir ce qu’il lui reste de son aventure dans la capitale. Nul doute que l’Allemand aura à cœur de partir par la porte la plus grande possible, lui qui n’a toujours pas prolongé son contrat expirant en juin 2021. Il serait d’autant plus facile pour lui de rebondir au sein d’un projet d’envergure.

Enfin, le directeur sportif Leonardo, revenu aux affaires en 2019 pourrait également pousser un grand ouf de soulagement : Chahuté par les supporters pour sa gestion du mercato, aussi bien dans le sens des départs que des arrivées, le Brésilien voyait son crédit se réduire auprès de ses actionnaires, et ce malgré sa popularité incontestée depuis son passage en tant que joueur. Autant dire qu’une victoire ferait du bien à tout le monde.

Les Turcs sans complexe

Du côté des champions de Turquie, la seule et unique préoccupation sera de faire bonne figure, ce que les Stambouliotes sont parvenus à faire plus d’une fois cette saison dans l’élite Européenne : Battus sur le fil par Leipzig après avoir été menés de deux buts, victorieux de Manchester à domicile, et ayant tenu la dragée haute au PSG avant de finalement céder, ces derniers ont déjà démontré leur capacité à s’éviter le rôle de faire valoir. Et libérés de toute pression, les partenaires de Demba Ba n’en seront que plus audacieux. Celui qui avait réduit à néant les espoirs Parisiens en quart de finale il y’a près de 7 ans aura à cœur de renouveler l’expérience.

À Paris donc de se montrer impitoyable, et de pouvoir envisager la suite de sa saison (un peu) plus sereinement. Bien qu’habitués aux facéties Parisiennes en coupe d’Europe, on ose imaginer un autre scénario.

Digiqole ad
Avatar

David Onana

Journaliste sportif

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *