Le calendrier effréné va t-il tuer les joueurs de foot ?

 Le calendrier effréné va t-il tuer les joueurs de foot ?

Le phénomène ne date pas d’aujourd’hui, depuis plusieurs saisons les joueurs enchaînent les matchs, en club, en sélection pour certains, avec des semaines remplies d’entraînements, les joueurs ne peuvent parfois plus. Du moins leurs corps refusent. C’est ainsi qu’arrive alors une hécatombe de blessures.

L’an passé déjà, nous faisions état d’une terrible liste de joueurs ayant subit la pire des blessures du foot moderne : une rupture des ligaments croisés. Une hécatombe qui avait déjà suscité l’ouverture du débat, les calendriers surchargés finiront-ils par tuer les joueurs ?

Les ligaments croisés du genou, cette blessure à la mode

La question mérite d’être posée, d’autant plus que cette saison qui a démarré fin août n’a été que séparé de quelques petites semaines, voir même jours pour certains joueurs, puisque la finale de la Ligue des Champions, dernier match de la saison 2019/2020 a eu lieu le 23 août 2020, le jour de début de saison en Ligue 1, notamment. Une folie pure.

Une mauvaise préparation donc, voir presque pas de préparation, et surtout, pas de coupure pour certains clubs. Une anomalie. Et depuis, le rythme est effréné, l’alternance entre les clubs et la sélection n’en finit plus, les joueurs internationaux, engagés en Ligue des Champions dans leurs clubs respectifs enchaînent un match tous les 3 jours ces derniers temps, un rythme absolument dingue, qui tire sur des organismes à bout.

Ces dernières semaines nous avions pu voir Guardiola, Tuchel, De Bruyne, Meunier, Mbappé, Conte et bien d’autre se plaindre de ce calendrier surchargé, qu’ils dénoncent être responsable de trop nombreuses blessures. L’aspect mental des joueurs est à prendre en compte également, les joueurs doivent fournir un tas d’effort sans pouvoir être poussé par une atmosphère, par le public, être à 100% tout le temps sans pouvoir chercher leurs dernières forces, balancer leurs derniers efforts, poussés par les foules. L’ambiance est pesante, dans les esprits, et l’on se retrouve avec des montagnes de blessés.

Il y a quelques jours, RMC Sport a concocté une équipe européenne des blessés … elle disposerait même d’un banc tout aussi impressionnant, avec potentiellement Ansu Fati (Barça), Sergio Agüero (Manchester City), Eduardo Camavinga (Rennes), Mauro Icardi (PSG), Philippe Coutinho (Barça), Marco Verratti (PSG), Dani Carvajal (Real Madrid), Juan Bernat (PSG), Houssem Aouar (OL) ou Kai Havertz (Chelsea).

Au Paris Saint Germain notamment, à l’heure où ce papier est écrit le club ne compte pas moins de 12 blessés dont les joueurs les plus importants de l’effectif : Bernat, Kimpembe, Sarabia, Icardi, Verratti, Draxler, Neymar, Mbappé, Gueye, Kehrer, Florenzi, Kean.

Liverpool également subit les conséquences de ce calendrier effréné avec un enchaînement de blessures important : Van Dijk, Thiago, Oxlade-Chamberlain, Alexander Arnold, et Joe Gomez. Les blessures musculaires se multiplient cette saison, notamment en Premier League. Puisque d’après Times, une augmentation de 15% de blessures a été relevé par rapport à la saison précédente pour le championnat anglais, dont une augmentation de 42% des blessures musculaires, pas moins de 107 joueurs en ont été victimes cette saison. Une véritable hécatombe.

Alors la question se pose plus que jamais, le calendrier finir a-t-il par tuer les joueurs ?

Alors que certains internationaux enchaînent les trêves internationales pour jouer des compétitions sans grands intérêts comme la Ligue des Nations, auquel certaines fédérations ajoutent des matchs amicaux supplémentaires (France-Ukraine, et France-Finlande notamment), on comprend la colère des entraîneurs, et surtout des joueurs qui n’arrivent plus à tenir ce terrible rythme. D’autant plus que le niveau technique, l’intensité des matchs et le spectacle en est fortement impacté, si même le spectateur ne prend plus de plaisir… à qui profite tout cela… ? Nous en avons bien une petite idée.

Avatar

AdrienRyr

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *